Accueil ATP Djokovic : « Dois‐je être blâ­mé à tout jamais pour avoir fait une…

Djokovic : « Dois‐je être blâmé à tout jamais pour avoir fait une erreur ? »

-

Novak Djokovic a accor­dé un long entre­tien au New York Times suite à son arri­vée dans la Big Apple. Le Serbe a loué une mai­son près de New York nichée au milieu des arbres et loin de l’agitation. « Avec les arbres et la séré­ni­té, être dans ce genre d’environnement est une béné­dic­tion, a confié le numé­ro 1 mon­dial. Et j’en suis recon­nais­sant car j’ai vu l’hôtel où la majo­ri­té des joueurs sont logés. Je ne veux pas paraître arro­gant ou quoi que ce soit de ce genre et je sais que l’USTA a fait de son mieux pour four­nir un héber­ge­ment et tout orga­ni­ser afin que les joueurs puissent concou­rir et venir ici, mais c’est dif­fi­cile pour la plu­part des joueurs de ne pas pou­voir ouvrir leur fenêtre et être dans une petite chambre d’un hôtel. »

Le Djoker n’a pas échap­pé à la ques­tion concer­nant le fias­co de l’Adria Tour où il a contrac­té le Covid‐19 comme d’autres joueurs. « Nous avons essayé de faire quelque chose avec de bonnes inten­tions, a insis­té le numé­ro 1 mon­dial. Oui, il y avait cer­taines étapes qui auraient pu être faites dif­fé­rem­ment, mais dois‐je être blâ­mé à tout jamais pour avoir fait une erreur ? Je veux dire, si c’est le cas, alors je l’accepterai. Que ce soit juste ou non, dites‐le moi, mais je sais que les inten­tions étaient justes et cor­rectes et si j’avais la chance de refaire l’Adria Tour, je le ferais. »

« C’est comme une chasse aux sor­cières. Comment pouvez‐vous blâ­mer un indi­vi­du pour tout ? »

Lorsque le Serbe est inter­ro­gé sur les images de la boite de nuit, il com­prend que la scène a pu cho­quer. Mais sur le fond, il reste fidèle à son point de vue : « Je suis d’accord que les choses auraient pu être faites dif­fé­rem­ment dans la boite de nuit. Les spon­sors ont orga­ni­sé ça, ils ont invi­té les joueurs. Nous nous sommes sen­tis à l’aise. Tout le monde était vrai­ment heu­reux et joyeux. Nous avons fait tout ce qu’ils nous ont deman­dé de faire et nous avons sui­vi les règles dès le pre­mier jour. Quand quelqu’un d’Australie ou d’Amérique regarde ce qui se passe en Serbie, il se dit : « Oh mon Dieu, mais vous êtes fous ? Que font ces gens ? » Donc je com­prends vrai­ment ce point de vue. Je ne pense pas avoir fait quoi que ce soit de mal pour être hon­nête. Je suis déso­lé pour les per­sonnes qui ont été infec­tées. Est‐ce que je me sens cou­pable des infec­tions en Serbie, en Croatie et dans la région ? Bien sûr que non. C’est comme une chasse aux sor­cières. Comment pouvez‐vous blâ­mer un indi­vi­du pour tout ? »

Instagram
Twitter