AccueilUS OpenDjokovic : « En tant que père, je veux pouvoir lancer ou taper…

Djokovic : « En tant que père, je veux pouvoir lancer ou taper dans un ballon ou courir avec mes enfants, sans m’inquiéter des conséquences à long terme »

-

Questionné sur les nouvelles bles­sures de Rafael Nadal, Roger Federer ou Serena Williams, Novak Djokovic a reconnu que cela pouvait devenir un vrai problème pour l’après carrière. Lui‐même victime d’une grosse bles­sure au coude entre 2017 et 2018, le numéro 1 mondial n’en­vi­sage pas de pousser la « machine » jusqu’au bout.

« Je leur souhaite à tous un prompt réta­blis­se­ment. Je peux comprendre que Roger, Rafa et Serena, moi‐même, ne soient plus aussi jeunes. La nouvelle géné­ra­tion peut évidem­ment disputer davan­tage de tour­nois au cours d’une saison. Les corps peuvent supporter ces efforts et ces coups d’une certaine manière. Nous devons être un peu plus sélec­tifs. Je peux comprendre ce qu’ils traversent en termes de bles­sure. J’ai eu une grosse bles­sure qui m’a empêché de parti­ciper à la tournée pendant un certain temps, c’était mon coude. Une fois que cette bles­sure devient chro­nique, ou que toute autre bles­sure devient chro­nique, c’est un vrai problème, non seule­ment pour votre carrière mais aussi pour l’après‐carrière. En tant que père, je veux pouvoir lancer ou taper dans un ballon ou courir avec mes enfants, sans m’in­quiéter des consé­quences à long terme qui sont possibles. Tout est possible, évidem­ment. Parfois, nous allons à l’en­contre des messages et des signaux que notre corps nous envoie. Surmonter la douleur fait partie du jeu. »

Instagram
Twitter