AccueilATPDoit-on être inquiet pour la carrière de Murray ?

Doit‐on être inquiet pour la carrière de Murray ?

-

Andy Murray a renoncé à prendre part à l’Open d’Australie en raison de ses problèmes à la hanche. Au‐delà de son retrait, l’inquiétude grandit concer­nant la suite de sa carrière tant le flou entoure la nature exacte de sa blessure.

Quand reverra‐t‐on Andy Murray en compé­ti­tion offi­cielle ? La ques­tion mérite d’être posée. Après avoir disputé un seul set à l’exhibition d’Abu Dhabi face à Roberto Bautista Agut, le Britannique a renoncé à prendre part à l’ATP 250 de Brisbane puis à l’Open d’Australie.

Sa hanche l’éloigne des courts depuis Wimbledon (défaite en quarts de finale face à Sam Querrey) où il était apparu déjà très diminué, boitant entre ses diffé­rents matchs. Si l’ex-numéro 1 mondial a bien tenté de revenir, notam­ment à l’US Open avant de renoncer la veille du tournoi, il n’est pas encore en mesure de jouer. Problème, quand le sera‐t‐il ?

De quoi souffre‐t‐il exactement ?

Andy Murray n’a jamais révélé la nature exacte de ses problèmes à la hanche. Le jour­na­liste tennis de la BBC, Russell Fuller, évoque, selon une source proche et fiable de l’intéressé, une possible déchi­rure du labrum. Si cela est avéré, il explique que toute opéra­tion ne serait pas syno­nyme de succès et pour­rait avoir une durée limitée.

Cette hypo­thèse rejoint ainsi le message Instagram de l’Écossais posté mardi où il évoquait une possible opéra­tion : « C’est une option, mais les chances d’un résultat positif ne sont pas aussi élevées que je le voudrais. » Dans le passé, Lleyton Hewitt a connu deux opéra­tions (2008 et 2010) pour un problème simi­laire sans jamais réel­le­ment retrouver son niveau. Ce fut égale­ment le cas de Gustavo Kuerten ou Magnus Norman.

Poursuivre les soins ou être opéré ? Le dilemme de Murray

Dans son commu­niqué annon­çant son forfait à la première levée en Grand Chelem de l’année, Andy Murray explique qu’il rentre chez lui « pour étudier toutes les possi­bi­lités » afin de soigner sa hanche. Toujours dans son message Instagram, il préci­sait que l’opération restait « une deuxième option et qu’il espé­rait ne pas avoir besoin d’y recourir ».

Le dilemme se situe ici : prendre le risque de l’opération ou pour­suivre des soins qui s’avèrent insuf­fi­sants pour l’instant. Si son début de saison s’inscrit déjà en poin­tillés, Andy Murray va devoir tran­cher et la solu­tion risque­rait bien d’avoir des consé­quences pour la suite de sa carrière…

Article précédentSerena en Floride ?
Article suivantPaire file en demies !