AccueilATPEt la corruption continue...

Et la corruption continue…

-

Depuis deux ans et les premières révé­la­tions de matchs truqués. Il fallait donner l’im­pres­sion que le monde du tennis avait réagi et pris les mesures néces­saires : Davydenko inquiété puis relaxé, deux, trois Italiens qui prennent pour les autres, un peu de poudre aux yeux sur les Grands Chelems genre « La police des paris vous observe » et on n’en parlait plus du côté de l’ATP. 

Heureusement un joueur ukrai­nien vient de faire oeuvre de salu­brité publique en rappe­lant que rien n’avait changé, mais alors rien du tout. Serguey Stakhovsky, 23 ans et 83ème mondiale, vient de raconter au Parisien dans son édition du 15 janvier 2009 qu’il avait été abordé trois fois en deux ans. Les sommes ? 25 000 euros pour perdre un match en chal­len­gers soit 4 fois plus qu’une victoire dans le tournoi. Les joueurs ciblés ? Tout le monde même si selon Stakhovsky, seul 10 à 15% des 100 premiers mordent à l’ha­meçon et ce sont géné­ra­le­ment toujours les mêmes. Combien de matchs chaque joueur peut‐il laisser filer en une saison ? « Pas tant que ça. Deux, grand maximum. Après, ça devient compliqué ».

Enfin la ques­tion qui tue : les têtes d’af­fiches sont‐elles à l’abri de ce genre de corrup­tion ? Là encore Stakhovsky confirme ce qu’on pouvait déjà comprendre en lisant l’en­quête du cana­dien Declan Hill « Comment truquer un match de foot­ball », à savoir que mêmes les meilleurs sont corrup­tibles, tous sports confondus. Réponse de Stakhovsky : « Oui. Il y en a beau­coup. Je ne vais pas citer de noms. Mais pour eux, c’est de l’argent facile. Encore plus facile que de jouer un match. Pourquoi ne pas le faire alors ? De toute façon c’est sans risque, il faut vrai­ment être idiot pour se faire épin­gler ».