Accueil ATP Federer : « Il faut être à l’aise avec l’échec »

Federer : « Il faut être à l’aise avec l’échec »

-

Lors d’une inter­view accor­dée à un de ses spon­sors, le Crédit Suisse, Roger Federer a abor­dé des sujets majeurs qui font de lui, l’un des plus grands cham­pions de l’his­to­rie du ten­nis. Roger a expli­qué que tout était lié à son état d’es­prit : « L’important n’est pas ma capa­ci­té ou ma tech­nique sur le court. L’important est ma men­ta­li­té, mes objec­tifs, et les gens qui m’ont entou­ré et qui ont joué un rôle très impor­tant dans mes suc­cès. Vous devez être à l’aise avec l’é­chec. Et vous appre­nez de lui. Cela m’est arri­vé en 2001 et je me suis deman­dé si j’a­vais raté l’oc­ca­sion lorsque je suis reve­nu deux ans plus tard et que j’ai rem­por­té mon pre­mier Grand Chelem à Wimbledon. Cela m’a mon­tré à quel point un état d’es­prit posi­tif est important. »

Federer a aus­si pas­sé en revue ses débuts et la façon dont il avait réus­si à sur­mon­ter les dif­fi­cul­tés ren­con­trées au début de sa car­rière. « Tout a com­men­cé très tôt, à l’âge de 11 ans, lorsque j’ai déci­dé de me consa­crer au ten­nis et que j’ai atteint mon objec­tif à 14 ans. Si je pou­vais reve­nir en arrière et me par­ler à moi‐même, je me dirais que la soli­tude et l’i­so­le­ment sont des « concepts » effi­caces qu’il faut savoir accep­ter et apprivoiser »

Instagram
Twitter