AccueilATPGulbis et son franc-parler

Gulbis et son franc‐parler

-

Comme toujours lorsque Gulbis s’ex­prime dans un article, on y trouve des choses inté­res­santes. Dernière en date, une inter­view pour le Times du prochain adver­saire de Julien Benneteau. Morceaux choisis :

Peu m’im­porte que les spec­ta­teurs soient pour ou contre moi. S’ils aiment le tennis, ils pren­dront beau­coup de plaisir à me regarder ».

« Si je veux casser une raquette, je casse une raquette. Si je veux crier je crie. Si je veux rester calme, c’est pareil »

« Battre Federer, pour moi, ça vaut tout l’or du monde. Je pour­rais faire d’autres choses que jouer au tennis, aider mon père (l’une des plus grosses fortunes de Lettonie, ndlr), maos pour l’ins­tant c’est ce que je peux faire de mieux dans ma vie. La vie sur le circuit n’est pas toujours fun, mais j’adore la compé­ti­tion et je crois que le sport rend toute personne meilleure. »

« Je ne suis pas fan des entraî­ne­ments. Je ne peux pas rester sur le court plus de deux heures »

« Les inter­views de spor­tifs sont d’un ennui ! On leur pose toujours les mêmes ques­tions : > En lisant ça tu perds ton temps ! »