AccueilATPGulbis, une attitude inadéquate ?

Gulbis, une attitude inadéquate ?

-

Comme en témoignent ses alter­ca­tions diverses à Monte‐Carlo, Ernests Gulbis reste un person­nage fantasque et déton­nant sur le circuit profes­sionnel. Cette année pour­tant, le Letton semble avoir fait de gros efforts. Plus impliqué dans le tennis, plus concentré, ce dernier cherche à présent à rattraper le temps perdu. En témoigne cette décla­ra­tion datant de février :« C’est la première année que j’ai vrai­ment envie de faire ça. Je commence à aimer de plus en plus le tennis. Avant je n’ai­mait pas trop ça honnê­te­ment… Maintenant je veux jouer encore 5 ou 6 ans et faire de mon mieux. Mon but est de remporter un gros tournoi. »

Mais cette nouvelle volonté peut‐elle rentrer en adéqua­tion avec son atti­tude parfois à la limite d’un point de vue éthique ? Ses derniers faits d’arme à Monte‐Carlo (alter­ca­tion, point de péna­lité) montrent qu’il lui reste encore du travail en termes de compor­te­ment et de concen­tra­tion dans un match. Vaut‐il mieux être comme lui un joueur avec un talent hors du commun et pas la moindre éthique ou bien un joueur moins doué et respec­table ? Certains mettront en avant que rare sont ceux qui ont su allier les deux… N’est pas Federer qui veut. Bernard Tomic par exemple, a récem­ment fait un gros effort sur lui‐même pour éviter de faire parler de lui autre­ment que pour son talent indé­niable. Ernests, qui a déjà un peu de bouteille, ferait peut‐être bien de s’en inspirer.

Article précédentFognini peut savourer
Article suivantLe fantôme de Gasquet