Accueil ATP Henman ne veut pas entendre parler du "coaching on court"

Henman ne veut pas entendre parler du « coaching on court »

-

La question du « coaching on court » est à nouveau au coeur de l’actualité puisque l’ITF a décidé de l’expérimenter sur des tournois de jeunes et que l’US Open ainsi que l’Open d’Australie parlent réellement de faire des tests sur leur prochaine édition. Une décision qui ne satisfait pas, c’est le moins que l’on puisse dire, l’ancien joueur britannique Tim Henman qui a décidé d’être le porte parole d’une contre offensive autour de ce sujet. D’ailleurs, il est déjà soutenu par un certains nombres de coachs comme Magnus Norman (voir ci-desssous).

Ce qu’explique Tim Henman, c’est du bon sens. Selon lui, la beauté et la complexité du tennis sont aussi liées au fait de trouver des solutions par soi-même. S’il parvient presque à comprendre l’idée marketing qui se cache derrière les intentions des organisateurs de l’US Open et de l’Open d’Australie, il craint quand même que les parties soient trop interrompues et donc décousues. En revanche pour les juniors, la moutarde lui monte au nez comme l’on dit : « Vous développez des compétences de vie lorsque vous apprenez aux jeunes joueurs à être indépendants. De plus, il y a toutes sortes d’inégalités qui entrent en jeu lorsque certaines personnes peuvent se payer des entraîneurs, alors que d’autres ne le peuvent pas. Des parents s’impliqueront et le résultat ne sera pas positif. »

Remonter contre l’ITF

Difficile de ne pas le suivre dans cette analyse. Tim Henman est d’ailleurs très remonté contre l’ITF : « L »ITF devrait être le gardien du sport, au lieu de prendre le risque de créer des mauvaises habitudes chez les jeunes avant même qu’ils ne soient des professionnels du circuit. » Comme Tim Henman est devenu membre du All England Club, on est sûr que dans les prochaines années quel que soit l’évolution du « coaching on court », il n’y en aura pas à Wimbledon. C’est déjà ça.

Instagram
Twitter
Facebook
Facebook