AccueilATPKiefer, Kohlschreiber, l’Allemagne prête à s’enflammer

Kiefer, Kohlschreiber, l’Allemagne prête à s’enflammer

-

Qualifiés pour les demi‐finales du tournoi d’Halle, Kiefer rêve d’un exploit face à Federer alors que Kohlschreiber défiera James Blake. Du coup, c’est tout un pays qui se remet à rêver d’ex­ploits tennistiques 

Il fut un temps où l’Allemagne domi­nait la planète du tennis. Becker, Stich, et dans une moindre mesure, Carl Uwe Steeb, mais aussi du côté féminin Graf et Huber, nos voisins germa­niques impres­sion­naient. Aujourd’hui, le pays est à la recherche d’une étin­celle. Elle pour­rait arriver ce week‐end à Halle, un lieu si parti­cu­lier qu’il est devenu rapi­de­ment mythique. Il y a donc un petit paral­lé­lisme entre la situa­tion trico­lore et celle de l’Allemagne. Ce paral­lé­lisme, ce sont des joueurs talen­tueux qui ne confirment pas toujours mais aussi des surprises inat­ten­dues. La finale à l’Open d’Australie en 2006 de Rainer Schuettler, c’est un peu l’his­toire de notre Arnaud Clément en 2001. L’Allemagne comme la France est à la recherche d’un vain­queur de Grand Chelem. Chez nous, c’est l’ombre de Noah qui plane encore sur les courts. Chez eux, Becker est encore dans tous les têtes. Cependant les compa­rai­sons s’ar­rêtent là, car il existe aussi de vraies diffé­rences. En effet, l’Allemagne ne possède pas de Grand Chelem. Si dans les années fastes, elle était capable d’ac­cueillir la même saison le Masters et la fameuse Grand Chelem Cup, aujourd’hui elle vient de perdre son dernier masters séries et subit de plein fouet le contre coup d’un boom incroyable lié à un cham­pion char­mi­sa­tique. Un temps, le milieu du tennis avait même espéré que son homo­nyme allait percer, ce rêve est évanoui. De plus, avec peu de joueurs jeunes dans le TOP 100, l’avenir s’an­nonce pas aussi glorieux que pour son voisin fran­çais. Les demi‐finales de Kohlschreiber et de Nicolas Kiefer sont donc de vraies éclaircis. A Hambourg, menant son quart de finale avec auto­rité face à Seppi, Nicolas avait craqué, se privant d’une demi face à Roger Federer. Cette fois, il a su dominer ses nerfs face à Youzhny (6–2, 5–7, 6–3). Cette demi‐finale peut donc être le petit tour­nant d’une carrière contra­riée par des grosses bles­sures. 413e en juillet 2007, 11e en Mai 2006, le meilleur clas­se­ment de sa carrière, 37e cette semaine, Nicolas est de retour. C’est une bonne nouvelle pour l’Allemagne mais égale­ment pour ceux qui aiment les joueurs disons de « mauvaise foi ».

Instagram
Twitter