AccueilATPL’ATP gagne son procès

L’ATP gagne son procès

-

L’organe direc­teur du tennis masculin peut exprimer son soula­ge­ment. Le jury du tribunal fédéral améri­cain a débouté hier les demandes de la fédé­ra­tion alle­mande de tennis (DTB) qui avait engagé une procé­dure contre l’ATP pour concur­rence déloyale (Anti‐Trust laws).

La DTB, asso­ciée à d’autres deman­deurs (dont le tournoi de Dubaï, qui a connu le même sort),  avait engagé une action anti­trust à l’en­contre de l’ATP pour protester contre le projet d’en­lever au tournoi de Hambourg son label de Masters Series en 2009.
L’affaire aurait pu très mal tourner pour l’ATP, et son contro­versé président Etienne de Villiers, puisque la fédé­ra­tion alle­mande récla­mait presque 50 millions d’euros de dommages et inté­rêts, ce qui aurait provoqué la faillite de l’or­gane direc­teur du tennis masculin. La cour a déclaré que la déci­sion ne consti­tuait pas une viola­tion des lois monopolistiques. 
« Nous sommes ravis de la déci­sion du jury qui recon­naît et conforte notre droit fonda­mental d’ap­porter des chan­ge­ments au calen­drier ATP. Ces chan­ge­ments sont néces­saires si nous voulons libérer le plein poten­tiel de notre sport », a applaudi le patron de l’ATP dans un commu­niqué.  « Leur déci­sion appuie égale­ment la posi­tion de l’ATP dans ce processus de chan­ge­ment, qui a été entre­pris d’une manière trans­pa­rente, rigou­reuse et de bonne foi »

« Même si les jurés se sont prononcés en notre défa­veur, nous conti­nuons à estimer que l’ATP a eu tort d’ôter le statut de Masters Series au tournoi de Hambourg et que nous avions raison de nous opposer à cette déci­sion », a réagi de son côté le président de la Fédération alle­mande Georg von Waldenfels, qui envi­sage de faire appel de la décision.
 
Ce plan de restruc­tu­ra­tion dévoilé l’an dernier vise à remplacer les neuf tour­nois Masters Series par huit tour­nois « 1000 » Series (se refe­rant au nombre de points de clas­se­ment offert au vain­queur) obli­ga­toires. A l’ori­gine, Monte Carlo et Hambourg devaient perdre leur statut d’élite, norma­le­ment remplacés par Shanghai et Madrid. 
Mais le président de l’ATP a dû  faire face à la grogne des orga­ni­sa­teurs et à de nombreuses pres­sions. Des joueurs, dont les deux premiers mondiaux, ont exprimé leur inquié­tude sur la manière dont était géré leur sport, et sur les moti­va­tion du board de l’ATP. Nadal, Federer et Novak Djokovic ont d’ailleurs pris l’ini­tia­tive inha­bi­tuelle de prendre une place au sein de « l’ATP’s Player Council » afin de faire entendre leur voix. 
« Nous n’avons pas aimé la manière dont été faites certaines choses, et en étant dedans , nous allons essayer d’en­tendre les choses avoir qu’elles ne soient effec­tives, parce qu’en fin de compte, le conseil est censé repré­senter les joueurs, et non le président. C’est pour­tant l’im­pres­sion que ça donne » a déclaré Rafael Nadal.
Depuis,  les premiers plans ont été dévoilés. Monte‐Carlo a été ajouté aux « 1000 » Series, mais pas comme un événe­ment obli­ga­toire, tandis que les orga­ni­sa­teurs du tournoi d’ Hambourg ont choisi d’in­tenter cette action en justice. 
La fédé­ra­tion alle­mande examine l’op­por­tu­nité de faire appel contre la décision.

Instagram
Twitter