Accueil ATP L'ATP gagne son procès

L’ATP gagne son procès

-

L’organe directeur du tennis masculin peut exprimer son soulagement. Le jury du tribunal fédéral américain a débouté hier les demandes de la fédération allemande de tennis (DTB) qui avait engagé une procédure contre l’ATP pour concurrence déloyale (Anti-Trust laws).

La DTB, associée à d’autres demandeurs (dont le tournoi de Dubaï, qui a connu le même sort),  avait engagé une action antitrust à l’encontre de l’ATP pour protester contre le projet d’enlever au tournoi de Hambourg son label de Masters Series en 2009.
L’affaire aurait pu très mal tourner pour l’ATP, et son controversé président Etienne de Villiers, puisque la fédération allemande réclamait presque 50 millions d’euros de dommages et intérêts, ce qui aurait provoqué la faillite de l’organe directeur du tennis masculin. La cour a déclaré que la décision ne constituait pas une violation des lois monopolistiques.
« Nous sommes ravis de la décision du jury qui reconnaît et conforte notre droit fondamental d’apporter des changements au calendrier ATP. Ces changements sont nécessaires si nous voulons libérer le plein potentiel de notre sport », a applaudi le patron de l’ATP dans un communiqué.  « Leur décision appuie également la position de l’ATP dans ce processus de changement, qui a été entrepris d’une manière transparente, rigoureuse et de bonne foi « 

« Même si les jurés se sont prononcés en notre défaveur, nous continuons à estimer que l’ATP a eu tort d’ôter le statut de Masters Series au tournoi de Hambourg et que nous avions raison de nous opposer à cette décision », a réagi de son côté le président de la Fédération allemande Georg von Waldenfels, qui envisage de faire appel de la décision.
 
Ce plan de restructuration dévoilé l’an dernier vise à remplacer les neuf tournois Masters Series par huit tournois « 1000 » Series (se referant au nombre de points de classement offert au vainqueur) obligatoires. A l’origine, Monte Carlo et Hambourg devaient perdre leur statut d’élite, normalement remplacés par Shanghai et Madrid.
Mais le président de l’ATP a dû  faire face à la grogne des organisateurs et à de nombreuses pressions. Des joueurs, dont les deux premiers mondiaux, ont exprimé leur inquiétude sur la manière dont était géré leur sport, et sur les motivation du board de l’ATP. Nadal, Federer et Novak Djokovic ont d’ailleurs pris l’initiative inhabituelle de prendre une place au sein de « l’ATP’s Player Council » afin de faire entendre leur voix.
« Nous n’avons pas aimé la manière dont été faites certaines choses, et en étant dedans , nous allons essayer d’entendre les choses avoir qu’elles ne soient effectives, parce qu’en fin de compte, le conseil est censé représenter les joueurs, et non le président. C’est pourtant l’impression que ça donne » a déclaré Rafael Nadal.
Depuis,  les premiers plans ont été dévoilés. Monte-Carlo a été ajouté aux « 1000 » Series, mais pas comme un événement obligatoire, tandis que les organisateurs du tournoi d’ Hambourg ont choisi d’intenter cette action en justice.
La fédération allemande examine l’opportunité de faire appel contre la décision.

Instagram
Twitter