AccueilATPLes confi­dences de Roger, un docu­ment à lire et relire

Les confidences de Roger, un document à lire et relire

-

Dans une chro­nique accordée au quoti­dien le Temps, Roger Federer résume sa semaine olym­pique. Et l’on constate que le Suisse est loin d’être abattu. Au contraire, son titre en double lui a donné des certi­tudes. Extraits d’un docu­ment excep­tionnel. Merci www.letemps.ch pour la qualité de ce docu­ment où Roger prouve une nouvelle fois sa grande classe et aussi ses ambi­tions. Non le roi n’est pas mort !

Le choix de jouer avec Stanislas
« Quand j’ai choisi Stanislas Wawrinka pour disputer le double, j’ai pris une déci­sion diffi­cile. J’ai dû écarter un vieil ami et lui infliger une grande décep­tion. Avec Stan, le danger était que nous soyons éliminés d’en­trée, faute d’au­to­ma­tismes. Mais tout le monde sait que, avec quelques repères, un bon joueur de simple restera toujours plus fort qu’un spécia­liste du double. » 

L’objectif JO
C’était ma prio­rité, mon idée fixe. Hélas, la maladie a frappé au mauvais moment. Après ma défaite en simple, je n’avais pas besoin de commi­sé­ra­tion ou d’an­ti­dé­pres­seurs, juste de rece­voir une tape dans le dos et d’en­tendre : « Ressaisis‐toi, ce n’est pas la fin du monde. » Ça peut sembler étrange mais, déjà, je ne pensais plus à mon élimi­na­tion en simple. J’étais confiant en nos chances de remporter une médaille. Extraits d’un docu­ment exceptionnel. 

Un temps fort de ma carrière
J’ai remporté quan­tité de belles victoires, y compris en juniors et en Coupe Davis, mais les Jeux gardent une place à part. J’accorde autant de valeur à cette médaille qu’à mes douze titres du Grand Chelem. 

Le titre en simple cela aurait été moins d’émotion
Bien sûr, un titre en simple aurait eu davan­tage d’im­pact sur mon CV. Mais il n’au­rait pas généré autant d’émo­tions, j’en suis certain (Roger Federer a péni­ble­ment réprimé ses larmes dès les premières notes de l’hymne national). Aujourd’hui, j’ai la chance de partager un rêve avec une personne que j’aime bien. Cette médaille a une grande valeur sentimentale. 

La Coupe Davis 
Manifestement, nos chances de remporter la Coupe Davis sont désor­mais plus grandes que jamais, comme à l’apogée du duo Rosset/Hlasek. Je n’ai pas encore établi de plani­fi­ca­tion pour 2009 mais, selon toute vrai­sem­blance, je serai présent dès le premier tour. 

La place de numéro 1
Je ne pense pas à la perte de mon statut de numéro un mondial. Je le répète depuis long­temps, Rafa mérite d’oc­cuper cette place. Là, je regarde ma médaille et je suis heureux. Un rêve d’en­fant scin­tille sous mes yeux. J’ai le cœur en fête et, bientôt, le reste suivra… 

Pour lire la chro­nique en inté­gra­lité, il suffit de cliquer ou d’aller vite sur le site du letemps.ch

Instagram
Twitter