Accueil ATP L'exception lyonnaise vit ses dernières heures

L’exception lyonnaise vit ses dernières heures

-

Comme l’auront remarqué les spécialistes, le tournoi de Lyon se déroule sur du taraflex, une surface qui aujourd’hui est utilisée plus que rarement après une période faste dans les années 90. Cette surface sera même prohibée en 2009 sur le circuit puisque les joueurs et l’ATP ont décidé que tous les tournoi indoor devront se jouer sur de la résine type « greenset ».

Pourquoi croyez vous que Federer et Nadal ont longtemps boycotté le tournoi de Bercy ?
Pour de multiples raisons, mais surtout parce que le taraflex ne leur convenait pas. La seule fois que Federer s’est blessé, c’était sur cette surface. Du coup, le Suisse avait beaucoup d’appréhension et préférait éviter de prendre ce risque.

« Le contact du pied sur le taraflex n’a rien à voir avec une résine sur du bois. C’est mou, en même temps c’est aussi dynamique, mais cela les joueurs s’y intéressent moins. De plus changer de surface fait travailler les muscles et augmente le risque de blessures, les joueurs se sont plaints de tout cela,  la résine a donc pris progressivement le pouvoir, et très vite le taraflex a été montré du doigt  » nous a expliqué un spécialiste de la question. Montré du doigt notamment par Nadal parce que le lift n’a peu d’emprise sur ce « lino spécial tennis ».

En revanche, elle avantage vraiment les « sliceurs » et les joueurs en trois coups. D’ailleurs, vous l’aurez remarqué à Lyon, pas de rallyes, ni de gros ronds, les trajectoires sont droites, les rebonds sont bas, très bas. Cette situation ne se reproduira donc plus en 2009, on vit donc les derniers jours du taraflex, comme on a vécu un temps les derniers jours de la moquette.

Pour tenter de  maitriser encore la vitesse de leurs courts, les organisateurs auront donc aujourd’hui une petite marge de manoeuvre, la densité et l’épaisseur de la résine qui couvrira leur parquet. Comme en outdoor, le « dur » a donc pris le pouvoir et favorise donc un type de joueurs, mais aussi l’idée que le tennis doit se jouer à l’échange, Karlovic et consort font faire la gueule.

 

Instagram
Twitter