AccueilATPLlodra tête de série, Mauresmo de retour, les Français sont prêts pour…

Llodra tête de série, Mauresmo de retour, les Français sont prêts pour Wim

-

Grâce aux forfaits de Carlos Moya, Juan Monaco et Juan Ignacio Chela, Michaël Llodra devrait  récu­pérer une place parmi les têtes de série à Wimbledon. Avec un tableau dégagé, le Parisien pour­rait être l’un des outsi­ders de cette édition 2008. Et s’ il n’en profite pas, d’autres Français s’en chargeront.

Michaël Llodra profite des forfaits de Carlos Moya, Juan Monaco et Juan Ignacio Chela et de son meilleur clas­se­ment en carrière  (34ème), pour récu­pérer une place de tête de série au tournoi de Wimbledon qui commence lundi. Cette avan­tage pour­rait bien le soulager durant les premiers tours du Grand Chelem londo­nien et lui offrir des premiers matchs plus cléments que les années précé­dentes. Le Parisien n’a en effet jamais passé les 32èmes de finales du tournoi durant sa carrière, mais n’a jamais eu non plus beau­coup de chances lors des tirages au sort. En 2007, il avait dû notam­ment livrer un deuxième tour délicat, perdu face à Tomas Berdych, expert sur gazon. Llodra  avait ensuite gagner le double avec Arnaud Clément face aux frères Bryan, pour­tant tenants du titre.

S’il ne profite pas de cette avan­tage, d’autres Français pour­raient bien s’en charger. A l’image de Richard Gasquet qui semble revenir en forme sur le gazon anglais. Après un début d’année diffi­cile, soumis à la critique après la défaite en Coupe Davis face aux Etats‐Unis, puis forfait à Roland‐Garros, le Biterrois a beau­coup à prouver à Wimbledon cette année, tournoi qu’il affec­tionne tout parti­cu­liè­re­ment. D’ailleurs, Gasquet ne doit pas seule­ment prouver à ses fans qu’il est capable de battre n’im­porte qui, il doit égale­ment se le prouver à lui même, sous peine de perdre le béné­fice de sa demi‐finale 2007 du Grand Chelem anglais et de se voir dégrin­goler au clas­se­ment ATP. Au Queen’s, le 10ème joueur mondial aurait dû atteindre sa première demi‐finale de l’année, s’il n’était pas tombé sur un grand David Nalbandian. Le Français semble être prêt à revivre l’ivresse de son exploit passé sur le gazon londo­nien et il le dit lui même : « Mon but est de gagner un Grand Chelem, pas de devenir N.1. ». Verdict dans deux semaines.

Chez les dames, l’es­poir peut encore venir d’Amélie Mauresmo. Tout juste revenue de bles­sure à Roland‐Garros où elle s’était inclinée au deuxième tour, Amélie aime­rait bien revivre l’émo­tion de son sacre à Wimbledon en 2006. L’ancienne numéro 1 mondial vient tout juste de battre Alizé Cornet au tournoi de Eastbourne et semble être capable de faire quelque chose sur herbe dans un tableau féminin où le niveau n’est guère élevé. « Je suis en train de m’ha­bi­tuer au gazon, c’est toujours un énorme chan­ge­ment par rapport à la terre battue mais je m’adapte vrai­ment bien » a‑t‐elle déclaré à l’issu de son duel face à Cornet.

Du côté de Marion Bartoli, fina­liste de l’édi­tion 2007, les affaires sont beau­coup plus compli­quées. La numéro 1 fran­çaise a sans doute beau­coup plus à perdre qu’à gagner sur la gazon londo­nien. L’ Auvergnate pour­rait en effet perdre tous les béné­fices de sa finale de l’année dernière et quitter, dans une quizaine de jours, le haut du clas­se­ment WTA. Pour ne rien arranger elle souffre encore du poignet et ne semble toujours pas remise de cette bles­sure de fatigue contractée à Strasbourg il y a un mois :  « Mon poignet me gêne toujours. Je ne sais jamais comment je serais en entrant sur le court ou combien de temps la douleur va durer ». a‑t‐elle expliqué.

Espérons que Wimbledon rede­vienne encore cette année la terre promise des Français comme lors des deux précé­dentes éditions. Le gazon livrera ses réponses dans une quin­zaine de jours.

Instagram
Twitter