Accueil ATP Llodra tête de série, Mauresmo de retour, les Français sont prêts pour…

Llodra tête de série, Mauresmo de retour, les Français sont prêts pour Wim

-

Grâce aux for­faits de Carlos Moya, Juan Monaco et Juan Ignacio Chela, Michaël Llodra devrait  récu­pé­rer une place par­mi les têtes de série à Wimbledon. Avec un tableau déga­gé, le Parisien pour­rait être l’un des out­si­ders de cette édi­tion 2008. Et s’ il n’en pro­fite pas, d’autres Français s’en chargeront.

Michaël Llodra pro­fite des for­faits de Carlos Moya, Juan Monaco et Juan Ignacio Chela et de son meilleur clas­se­ment en car­rière  (34ème), pour récu­pé­rer une place de tête de série au tour­noi de Wimbledon qui com­mence lun­di. Cette avan­tage pour­rait bien le sou­la­ger durant les pre­miers tours du Grand Chelem lon­do­nien et lui offrir des pre­miers matchs plus clé­ments que les années pré­cé­dentes. Le Parisien n’a en effet jamais pas­sé les 32èmes de finales du tour­noi durant sa car­rière, mais n’a jamais eu non plus beau­coup de chances lors des tirages au sort. En 2007, il avait dû notam­ment livrer un deuxième tour déli­cat, per­du face à Tomas Berdych, expert sur gazon. Llodra  avait ensuite gagner le double avec Arnaud Clément face aux frères Bryan, pour­tant tenants du titre.

S’il ne pro­fite pas de cette avan­tage, d’autres Français pour­raient bien s’en char­ger. A l’i­mage de Richard Gasquet qui semble reve­nir en forme sur le gazon anglais. Après un début d’an­née dif­fi­cile, sou­mis à la cri­tique après la défaite en Coupe Davis face aux Etats-Unis, puis for­fait à Roland-Garros, le Biterrois a beau­coup à prou­ver à Wimbledon cette année, tour­noi qu’il affec­tionne tout par­ti­cu­liè­re­ment. D’ailleurs, Gasquet ne doit pas seule­ment prou­ver à ses fans qu’il est capable de battre n’im­porte qui, il doit éga­le­ment se le prou­ver à lui même, sous peine de perdre le béné­fice de sa demi-finale 2007 du Grand Chelem anglais et de se voir dégrin­go­ler au clas­se­ment ATP. Au Queen’s, le 10ème joueur mon­dial aurait dû atteindre sa pre­mière demi-finale de l’an­née, s’il n’é­tait pas tom­bé sur un grand David Nalbandian. Le Français semble être prêt à revivre l’i­vresse de son exploit pas­sé sur le gazon lon­do­nien et il le dit lui même : « Mon but est de gagner un Grand Chelem, pas de deve­nir N.1. ». Verdict dans deux semaines.

Chez les dames, l’es­poir peut encore venir d’Amélie Mauresmo. Tout juste reve­nue de bles­sure à Roland-Garros où elle s’é­tait incli­née au deuxième tour, Amélie aime­rait bien revivre l’é­mo­tion de son sacre à Wimbledon en 2006. L’ancienne numé­ro 1 mon­dial vient tout juste de battre Alizé Cornet au tour­noi de Eastbourne et semble être capable de faire quelque chose sur herbe dans un tableau fémi­nin où le niveau n’est guère éle­vé. « Je suis en train de m’ha­bi­tuer au gazon, c’est tou­jours un énorme chan­ge­ment par rap­port à la terre bat­tue mais je m’a­dapte vrai­ment bien » a‑t‑elle décla­ré à l’is­su de son duel face à Cornet.

Du côté de Marion Bartoli, fina­liste de l’é­di­tion 2007, les affaires sont beau­coup plus com­pli­quées. La numé­ro 1 fran­çaise a sans doute beau­coup plus à perdre qu’à gagner sur la gazon lon­do­nien. L’ Auvergnate pour­rait en effet perdre tous les béné­fices de sa finale de l’an­née der­nière et quit­ter, dans une qui­zaine de jours, le haut du clas­se­ment WTA. Pour ne rien arran­ger elle souffre encore du poi­gnet et ne semble tou­jours pas remise de cette bles­sure de fatigue contrac­tée à Strasbourg il y a un mois :  « Mon poi­gnet me gêne tou­jours. Je ne sais jamais com­ment je serais en entrant sur le court ou com­bien de temps la dou­leur va durer ». a‑t‑elle expliqué.

Espérons que Wimbledon rede­vienne encore cette année la terre pro­mise des Français comme lors des deux pré­cé­dentes édi­tions. Le gazon livre­ra ses réponses dans une quin­zaine de jours.

Instagram
Twitter