AccueilATPMouratoglou : « Je veux de l’authenticité »

Mouratoglou : « Je veux de l’authenticité »

-

A quelques jours du début de son « UTS » (Ultimate Tennis Showdown), Patrick Mouratoglou a accordé une inter­view au Independent. Dans un premier temps, le coach de Serena Williams dresse un bilan de la situa­tion de la petite balle jaune : « Je suis vrai­ment inquiet depuis long­temps et les choses ne vont pas mieux. Nous vivons sur les fans que nous avons acquis dans les années 70 et 80. Soixante et un an pour un fan de sport… Si c’était pour de la musique clas­sique, ce serait bien, mais pour le sport, c’est extrê­me­ment vieux et vieillis­sant (…) Le tennis est faux. Nous avons de vrais person­nages, mais ils n’osent pas être eux‐mêmes et le code de conduite y est pour beau­coup. Vous tuez l’émotion en stan­dar­di­sant les compor­te­ments sur le terrain. Je veux de l’authenticité. Je veux qu’ils soient libres. »

Le fonda­teur de l’académie éponyme à Sophia‐Antipolis pour­suit sur ce thème : « Qui sont les instances pour dire ce qui est un bon et un mauvais compor­te­ment ? Par exemple, si ce n’est pas dange­reux pour les autres personnes, un joueur devrait avoir le droit de casser sa raquette. C’est ma raquette, c’est mon problème. Quand vous regardez les meilleurs joueurs, vous savez qu’il n’y aura pas de drame. Ils vont s’essuyer le visage entre deux points, demander les balles, en choisir une, la faire rebondir 200 fois, la frapper et c’est tout. C’est toute l’histoire. »

« Vous tuez l’émotion en stan­dar­di­sant les compor­te­ments sur le terrain »

Enfin, l’entraîneur trico­lore espère que la créa­tion de son UTS permettra de changer les menta­lités : « Les gens consomment le sport de manière complè­te­ment diffé­rente, rappelle‐t‐il. Je ne dis pas que nous avons le produit parfait, je dis simple­ment que nous voulons casser les lignes et proposer quelque chose de diffé­rent. Nous voulons créer le format du futur pour le tennis. Nous sommes aussi très ouverts (…) et nous écou­tons tous ceux qui ont quelque chose à dire sur ce sujet. Si nous travaillons tous ensemble pour le bien du tennis, nous trou­ve­rons le bon format, je n’en doute pas. »

Pour rappel, l’UTS débu­tera les 13 et 14 juin au sein de son académie à Sophia‐Antipolis et réunira un plateau extrê­me­ment dense : David Goffin, Richard Gasquet, Lucas Pouille, Benoit Paire, Alexei Popyrin, Dustin Brown, Félix Auger‐Aliassime, Stefanos Tsitsipas, Matteo Berrettini et Dominic Thiem, le numéro 3 mondial et fina­liste du dernier Open d’Australie.

Instagram
Twitter