Accueil ATP Nadal : « Bien sûr que je peux gagner Wimbledon »

Nadal : « Bien sûr que je peux gagner Wimbledon »

-

Au Queen’s, Rafael Nadal a rem­por­té son pre­mier tour­noi sur herbe de la sai­son. Le Majorquin a triom­phé de Novak Djokovic en finale, et se pose main­te­nant comme l’un des prin­ci­paux favo­ris du pro­chain Wimbledon.

Si quelqu’un vous avait dit après Paris que vous seriez assis là avec ce trophée, qu’auriez‐vous dit ?

J’aurai répon­du que c’é­tait impos­sible.. Le tour­noi a été très dur. Il y a les meilleurs joueurs du monde. A Halle, il y en a aus­si quelques uns, mais ici la pla­teau était plus rele­vé. Je ne pou­vais pas ima­gi­ner gagner le titre avant le tournoi.
Au final, j’ai joué une très bonne semaine. L’organisation a été très agréable avec moi. Vous savez, quand vous êtes fati­gués en venant ici, c’est dur d’être à cent pour cent men­ta­le­ment. Mais les gens ont été tou­jours très sym­pas avec moi. Ca m’a beau­coup aidé.

Vous avez semblé très à l’aise sur l’herbe. Vous vous sentez prêt ? Vous avez de bonnes sensations ? 

Oui c’est sûr, j’ai très bien joué, pas pour battre Karlovic ou Roddick, mais par­ti­cu­liè­re­ment contre Djokovic aujourd’­hui [hier]. Mais le sen­ti­ment sur herbe est étrange. Vous devez tout le temps être très concen­trés, parce que si vous per­dez un jeu de ser­vice, c’est très dif­fi­cile de revenir. 

Vous allez à Wimbledon. Comment vous sentez vous par rapport à l’année dernière ?

Il n’y a pas beau­coup de dif­fe­rence. Ce qui est impor­tant c’est ce titre . Ca va me don­ner beau­coup de confiance. Mais j’ai déjà accu­mu­lé beau­coup de confiance avec Roland‐Garros. Les der­nières années j’ai joué les quarts de finale ici, puis à Wimbledon j’ai très bien joué. Cette année, j’ai gagné. Et on ne sait pas ce qui se pas­se­ra à Wimbledon. Je pense que j’ai bien joué. Si je conti­nue à jouer comme ça, je pense que j’ai toutes les chances d’a­voir un bon résul­tat à Wimbledon. 

Pour la majorité des gens vous êtes le roi de la terre battue. Maintenant votre nom est gravé sur ce trophée à côté des plus grands joueurs sur herbe. Qu’est ce que cela signifie pour vous ?

C’est sûr, gagner ici est très impor­tant. J’ai des titres sur toutes les sur­faces main­te­nant, donc je suis un joueur plus com­plet que la semaine der­nière. (rires) Non je plai­sante, je ne suis pas d’ac­cord avec ça.  De toute façon, mais si je n’a­vais pas de titre ici, je jouais bien les années pré­cé­dentes aus­si. Gagner ici, gagner dans un tour­noi aus­si pres­ti­gieux, si tra­di­tion­nel, à Londres ou au Queen’s, où les meilleurs joueurs du monde sont pas­sé avant moi, c’est très bien, très agréable. 

Qu’ allez vous faire pendant les prochains jours ?

Je vais jouer au Golf demain matin. L’après midi je ne sais pas. Je vais res­ter quelques jours à la maison. 

Juste de la détente ?

Oui, je ne veux pas m’en­trai­ner quand je suis à la mai­son. J’ai assez fait. 

Quand allez vous revenir ?

Je ne sais pas encore. Mercredi ou jeu­di, ça dépend. En véri­té, je n’ai pas encore décidé. 

Comment pensez vous que votre oncle va réagir en apprenant que avez gagné un tournoi sur herbe ?

Vous savez, c’est une per­sonne spé­ciale. Il a sûre­ment été très  heu­reux de me voir gagner contre Roddick, contre Djokovic, de grands adver­saires, de grands joueurs.  Il était très heu­reux hier de ma vic­toire. Il m’a dit que j’a­vais vrai­ment bien joué. Mais aujourd’­hui, je n’ai pas encore par­lé avec lui. Je ne sais pas ce qu’il en pense. Mais je suis sûr qu’il est heu­reux de m’a­voir vu gagner ici, au Queen’s.

Après tout ce tennis, vous vous sentez mentalement ou physiquement fatigué ? Vous pensez totalement récupérer dans les prochains jours ?

C’est vrai je suis un peu fati­gué. Mais je pense que dans quelques jours tout ira bien.  Wimbledon est très impor­tant, je serai cent pour cent moti­vé. Je pense que je serai en forme physiquement.

Comment va votre main ?

Ma main va bien. J’avais des ampoules à Roland Garros, mais là ça va mieux. 

Djokovic est un de vos principaux rivaux à Wimbledon. Qu’est ce qui à fait la difference aujourd’hui [hier]?

A Wimbledon, mes plus grands rivaux sont mes adver­saires du pre­mier tour. Je peux seule­ment affron­ter Djokovic en finale ou en demi‐finales. Aujourd’hui, la dif­fe­rence a été minime. Seulement deux ou trois points. Contre les grands joueurs, seuls deux ou trois points décident du match. 

Pensez vous que quelqu’un à Halle a regardé vos résultats ?

Oui bien sûr. Nous avons de bonnes rela­tions tous les deux. Il est heu­reux pour moi et je suis heu­reux pour lui. 

Vous confirmez que vous pouvez gagner Wimbledon cette année ?

Chacun peut. Bien sûr que je peux. J’ai joué à la finale. Pourquoi je ne pour­rais pas ? Je peux. Mais il faut du temps et beau­coup de tra­vail pour gagner à Wimbledon. Il faut être calme, humble et déten­du. Après c’est tout de suite plus facile. Tout le monde dit que je suis favo­ri, un des favo­ris. Mais le vrai favo­ri, c’est celui qui va être en deuxième semaine à Wimbledon. Le deuxième dimanche de Wimbledon, on sau­ra qui est vrai­ment favori. 

Avez vous grandi en regardant Wimbledon, et est ce que vous rêviez de gagner un titre là bas ?

Quand j’é­tais petit, mon objec­tif était d’al­ler à Wimbledon. Bien sûr que je regar­dais le tour­noi, c’ était spé­cial pour moi. Avoir fait deux finales là bas, c’est un rêve, mais main­te­nant je veux le titre.

Instagram
Twitter