AccueilATPNalbandian... adios, campeon !

Nalbandian… adios, campeon !

-

Durant une confé­rence de presse à Buenos Aires, l’Argentin David Nalbandian a annoncé qu’il se reti­rait du circuit professionnel.

La retraite de l’ex numéro trois mondial sera effec­tive le 23 novembre prochain, après une exhi­bi­tion contre Rafael Nadal. Nalbandian, désor­mais 231ème joueur mondial, n’avait pas parti­cipé à un tournoi depuis le Masters 1000 de Miami, en mars dernier. En cause, une bles­sure à l’épaule droite dont il n’a jamais complè­te­ment récu­péré. Et dont il ne récu­pé­rera jamais vrai­ment, selon lui, à 31 ans passés. « C’est une journée très diffi­cile », a‑t‐il affirmé en confé­rence de presse. « Je suis très recon­nais­sant envers ce sport. »

C’est la fin d’une époque pour tous ses fans, amou­reux de son immense talent, de son revers à deux mains et de son compor­te­ment sanguin. David s’ar­rête à 575 matches sur le circuit ATP, dont 383 victoires. Il peut se targuer d’avoir atteint les demi‐finales des quatre tour­nois du Grand Chelem, jouant même la finale de Wimbledon en 2002 et rempor­tant le Masters en 2005 face à Roger Federer, 6–7 6–7 6–2 6–1 7–6. Au total, il a soulevé 11 trophées, dont Bercy et Madrid, le dernier remon­tant à août 2010 et sa victoire à Washington. 

Ex‐numéro trois mondial qui a battu les meilleurs au cours de sa carrière, de Federer à Rafael Nadal, en passant par Novak Djokovic ou Andy Murray, David Nalbandian n’aura qu’un regret, éternel, à l’heure de se retirer : n’avoir jamais remporté la Coupe Davis, une compé­ti­tion qu’il a adoré. Malgré trois finales jouées avec l’Argentine, en 2006, 2008 et 2011, il a toujours échoué, respec­ti­ve­ment face à la Russie et à l’Espagne deux fois. Son dernier match offi­ciel restera d’ailleurs son double contre la France, en quarts, au mois d’avril… Il avait battu Julien Benneteau et Michael Llodra, aux côtés d’Horacio Zeballos. 

Adios, campeon, nous te regretterons ! 

La raquette de Roger Federer, ici !

Article précédentNa Li‐Lisicki 1–2
Article suivantNalby, oh grand Nalby !