AccueilATPOh my Goat : La popu­la­rité : 1er Federer, 2e Nadal, 3e

Oh my Goat : La popularité : 1er Federer, 2e Nadal, 3e Djokovic

-

Le numéro 77 de We Love Tennis Mag est actuel­le­ment dispo­nible dans notre réseau et pour ceux qui n’ont pas la chance de l’avoir en main, voici la version numé­rique, rien que pour vous (voir en bas de page).

Dans ce numéro, nous avons un « redac chef » très spécial : Richard Gasquet. 
Nous vous propo­sons égale­ment un dossier pour évaluer les critères qui défi­nissent réel­le­ment le G.O.A.T. Nous en avons sélec­tionné quatre : 

1) Les duels
2) Les titres
3) L’époque
4) La popularité

=> Voici venu le focus sur La popu­la­rité
Ce texte dispo­nible dans notre dernier maga­zine page 17 a été rédigé par Laurent Trupiano.

Critère subjectif, certes, mais qui pèse lourd. Si Roger Federer a un temps été inac­ces­sible, plus le temps passe, plus Rafael Nadal semble combler le retard. Si l’on se base sur des critères précis comme les fans sur Instagram (Nadal : 10,6 millions ; Federer : 8,1 ; Djokovic : 8) et Twitter (Nadal : 15,6 millions ; Federer : 12,7 ; Djokovic : 8,7) ou le pouvoir de séduc­tion auprès de certains spon­sors, le podium n’est pas diffi­cile à désigner. 

Bien sûr, dans ce domaine, Novak Djokovic est à la traîne, loin derrière ses deux rivaux, comme le vilain petit canard qui ne parvient pas à lutter, à être sous le feu des projec­teurs de façon posi­tive. Ses efforts pour se rendre plus acces­sible sont inutiles tant il semble fina­le­ment détesté par ceux qui vénèrent, et ils sont plutôt nombreux, le Suisse et l’Espagnol.

Il faut dire que Roger et Rafa prennent beau­coup de plaisir à évoquer leur amitié, mais aussi à monter des événe­ments plané­taires où ils sont les idoles de la terre entière. À ce titre, le match pour l’Afrique orga­nisé au Cap, en Afrique du Sud, en février 2020 ou encore le live Instagram pendant la crise duCOVID‐19 reste­ront dans les annales comme des sommets de popularité. 

Partout dans le monde, évoquer Nadal et Federer dans une conver­sa­tion fait souvent sourire votre inter­lo­cu­teur, alors qu’il y a au contraire un vrai risque à parler de Djokovic. 

À ce sujet, j’ai vécu un moment qui résume la situa­tion. Invité il y a un an au Koweït pour l’inauguration d’une antenne de la Rafa Nadal Academy, j’ai été accueilli à l’aéroport par une sorte de sherpa qui allait m’aider à passer la douane. Cette personne m’a natu­rel­le­ment demandé ce que je venais faire dans son pays et dans quel domaine je travaillais. Je lui ai expliqué que je venais pour l’ouverture d’une académie de tennis. Ce mot magique l’a mise en joie, et elle m’a dit : « Le tennis, ah oui, Roger Federer. » Quand je lui ai expliqué qu’il s’agissait de Rafael Nadal, elle m’a simple­ment répondu : « Rafael Nadal, connais pas… » Tout est dit…

Verdict : 1er : Federer, 2e : Nadal, 3e : Djokovic

Instagram
Twitter