Accueil ATP Paire : « Il y a beau­coup d’hypocrisie dans ce sport. Si vous…

Paire : « Il y a beaucoup d’hypocrisie dans ce sport. Si vous pensez que votre adversaire était nul, pourquoi ne pas le dire ? »

-

Au cours d’un long texte publié sur le site Racquet Magazine, Benoît Paire a déci­dé de se livrer, à cœur ouvert. L’Avignonnais évoque ses débuts, ses idoles et quelques anec­dotes. Il parle éga­le­ment de sa sépa­ra­tion amou­reuse avec la chan­teuse Shy’m et règle quelques comptes avec le monde du ten­nis. Extraits.

« Il y a beau­coup d’hypocrisie dans ce sport. Prenez des inter­views d’après‐match. Les joueurs se retiennent et ne disent pas ce qu’ils pensent. Si vous pen­sez que votre adver­saire était nul, pour­quoi ne pas le dire ? Même si vous allez vous faire clouer pour ça… Ce n’est pas un manque de res­pect, c’est une obser­va­tion ce jour‐là. Cela ne veut pas dire que vous pen­sez que le joueur est tou­jours nul. Peut‐être que la semaine d’a­près, ce même joueur vous bat­tra. À Monte Carlo en 2017, j’ai joué contre Tommy Haas. Il m’a bat­tu 6–2, 6–3. Au milieu du match, j’ai dit qu’il était hor­rible. Cela s’est répan­du sur les réseaux sociaux. C’est un joueur que j’ai énor­mé­ment res­pec­té, que j’admirais. Il était incroya­ble­ment talen­tueux, excep­tion­nel. Mais ce jour‐là, il ne m’a pas bat­tu parce qu’il a bien joué ; il m’a bat­tu parce que j’ai mer­dé. Si vous deman­dez à Casper Ruud ce qu’il a pen­sé de moi après m’a­voir bat­tu 6–1, 6–1 à Madrid en 2019, il ne dira pas que je suis vrai­ment bon ! J’étais un enfant com­pa­ré à lui. Pourtant, j’ai ter­mi­né l’an­née 24e, et il était 54e. Parfois, j’aimerais un peu plus d’honnêteté », a décla­ré le Français. 

Instagram
Twitter