Accueil ATP Rafael Nadal : « C’est tou­jours sur­pre­nant de gagner 6–1, 6–0, 6–2 lors d’un…

Rafael Nadal : « C’est toujours surprenant de gagner 6–1, 6–0, 6–2 lors d’un huitième de finale de Grand Chelem »

-

 Rafael Nadal est actuel­le­ment très dis­cret. L’Espagnol dis­pute pour­tant l’un de ses meilleurs tour­nois du Grand Chelem de sa car­rière et il semble encore bien par­ti pour décro­cher un nou­veau titre à Roland‐Garros.

Rafael Nadal fait le tra­vail. Il n’a tou­jours pas concé­dé le moindre set à Roland‐Garros, ter­ras­sant ses adver­saires, les uns après les autres. Deux qua­li­fiés pour com­men­cer, Thomaz Belluci (7–5 6–3 6–1) et Nicolas Devilder (6–4 6–0 6–1), avant de s’at­ta­quer au Finlandais Jarkko Nieminen, en trois sets éga­le­ment (6–1 6–3 6–1). Le der­nier sur la liste : le talen­tueux Fernando Verdasco, 23ème joueur mon­dial qui a subit sa plus sévère défaite de l’an­née (6–1 6–0 6–2), après s’être pour­tant brillam­ment défait de Mikhail Youzhny au tour précédent.

C’est la seconde fois que Nadal ne perd aucun set à l’aube des quarts de finale du tour­noi pari­sien. En 2006, l’ac­tuel numé­ro 2 mon­dial avait concé­dé sa pre­mière manche en sei­zième de finale face à Paul‐Henri Mathieu, pour fina­le­ment s’im­po­ser en quatres sets (5–7 6–4 6–4 6–4). Cette année, l’Espagnol n’a pour l’heure concé­dé que 22 jeux du coté de Porte d’Auteuil. C’est la pre­mière sai­son où il est aus­si expéditif.

Le Majorquin l’a lui même avoué « C’est tou­jours sur­pre­nant de gagner 6–1, 6–0, 6–2 lors d’un hui­tième de finale de Grand Chelem ». Le « patron » de la terre bat­tue file tout droit vers un qua­trième sacre consé­cu­tif à Roland‐Garros. Il affron­te­ra Nicolas Almagro au pro­chain tour, avant de retrou­ver Novak Djokovic en demies, si tout se passe bien.

Instagram
Twitter