AccueilATPRosset : « Lors de l’en­ter­re­ment de Peter Carter, l’en­traî­neur de Federer, j’ai…

Rosset : « Lors de l’enterrement de Peter Carter, l’entraîneur de Federer, j’ai vu combien Roger a été détruit »

-

Hier, Marc Rosset fêtait ses 50 ans. Consultant de grande qualité pour la télé­vi­sion suisse, Marc a donc été inter­rogé par Blick et il a ouvert la boite à souvenirs. 

Il explique que l’on apprend plus de choses dans les moments diffi­ciles de la vie plutôt que l’in­verse. Il revient notam­ment sur un événe­ment qui a boul­versé sa vie à tout jamais, le suicide d’un ami proche : « Après un tel drame, on a toujours des regrets, on se dit que l’on aurait pu prévoir. Et par la suite vous ne pouvez pas arrêter de vous sentir coupable. Vous vous demandez pour­quoi ? Si vous auriez pu changer le cours des choses ? Voilà, c’est la vie. Mais seule­ment une partie, car dans l’en­semble, j’ai eu une belle vie, je suis un privi­légié, j’ai eu beau­coup de chance. J’ai pu voyager et rencon­trer beau­coup de personnes inté­res­santes. Et je ne suis pas le seul à connaître de telles expé­riences tragiques. Par exemple, j’étais à l’en­ter­re­ment de l’en­traî­neur de Federer, Peter Carter, et j’ai vu combien Roger a souf­fert – il a été détruit » a révélé l’an­cien joueur suisse avant de préciser comment il avait aidé Roger : « Quand Roger était à Melbourne pour la Coupe Davis, il voulait rendre visite aux parents de Carter. Je suis allé avec lui pour être là pour lui – c’est normal entre amis. Et j’es­père que quelques personnes le feront aussi pour moi, si j’en ai besoin. Il faut traverser de tels moments, ils sont plus forma­teurs qu’une victoire olym­pique. Si vous gagnez une médaille, vous êtes heureux et tout le monde vous féli­cite, d’ac­cord. Mais le chagrin déclenche des émotions plus intenses. »

Instagram
Twitter