AccueilATPRublev : « Il ne devrait pas y avoir de jeu décisif...

Rublev : « Il ne devrait pas y avoir de jeu décisif au cinquième set »

-

Malmené et fina­le­ment victo­rieux en cinq sets face à Sam Querrey mardi, Andrey Rublev n’a pas eu besoin de faire durer la dernière manche car il l’a remportée 6–3. Mais le Russe s’est quand même inter­rogé sur la meilleure manière de dépar­tager les joueurs dans le cinquième. Intéressant.

« A mon avis, les règles devraient être les mêmes partout. La meilleure solu­tion, c’est soit celle d’ici (Roland‐Garros, deux jeux d’écart sans jeu décisif), soit celle de Wimbledon qui peut‐être encore mieux, où il y a un jeu décisif à 12 partout, c’est‐à‐dire qu’ils vous donnent un set de plus, et si cela ne suffit pas à avoir un cham­pion, à ce moment on fait un jeu décisif. Les matchs dont on se souvient long­temps sont ceux où il n’y a pas de jeu décisif à 6–6, a assuré Andrey en confé­rence de presse, avant d’argumenter.

On est à 11–9 au 5ème, et on se dit : ça y est, j’ai compris pour­quoi je me suis telle­ment entraîné. Et on est fier quand on arrive à tenir. Je crois que je n’ai eu qu’un match en 5 sets à 9–7 à la fin. Donc peut‐être que dans ma carrière, cela repré­sen­tera une dizaine de matchs, si j’ai de la chance. C’est aux orga­ni­sa­teurs de savoir ce qui est le mieux. »

Andrey recon­naît tout de même qu’un cinquième set sans jeu décisif a ses désa­van­tages : « Parfois, vous devez attendre très long­temps pour jouer. Il reste trois matchs à jouer sur le court, et le premier match est toujours en cours, parce que les joueurs en sont à 9 à 11. Je comprends les deux points de vue. »

Un débat qui mérite d’être approfondi.

Instagram
Twitter