AccueilATPSantana: "Nadal est le meilleur athlète espagnol de tous les temp"

Santana : « Nadal est le meilleur athlète espagnol de tous les temp »

-

Manuel Santana, dernier Espagnol avant Nadal à avoir gagné Wimbledon (en 1966) a exprimé une profonde admi­ra­tion pour Rafael Nadal, nouveau n°1 mondial, dans un entre­tien accordé à un quoti­dien espagnol.

Santana n’a pas hésité à admettre que Rafael Nadal « est le meilleur athlète espa­gnol de tous les temps », et qu’il mérite le titre de numéro un mondial acquis depuis hier aux dépens de Roger Federer. Santana n’a pas non plus hésité à dire que Nadal est désor­mais « le person­nage espa­gnol le plus connu dans le monde ».
L’ancien numéro 1 du circuit amateur dans les années 60, et qui a parti­cipé aux JO de 1968 à Mexico (Le tennis n’était qu’une exhi­bi­tion aux Jeux Olympiques, pas une compé­ti­tion) revient d’ailleurs sur le parcours de l’en­fant de Manacor à Pékin : « C’était un magni­fique spec­tacle et un grand succès pour le tennis espa­gnol. Gagner la médaille d’or aux Jeux Olympiques, et surtout les condi­tions dans lesquelles il l’a fait, est impres­sion­nant. Personne n’a réussi à l’ar­rêter. J’avais peur qu’il soit fatigué physi­que­ment ou menta­le­ment, mais quand je l’ai vu battre Hewitt, j’ai su qu’il serait cham­pion olym­pique ». Manuel Santana estime que l’avè­ne­ment du Majorquin constitue un énorme plus pour le tennis et le sport ibérique, de par le talent, la person­na­lité et le carac­tère du nouveau n°1 mondial : « Nous avons une grande chance pour le tennis espa­gnol. Nadal s’est avéré être l’égal d’un monsieur qui s’ap­pelle Federer. Mais nous avons beau­coup de pres­sion parce que ce tous les joueurs voudront désor­mais le faire tomber ».

Un autre Manuel, Orantes, vain­queur de l’US Open en 1975 en battant en finale Jimmy Connors, ne tarit pas d’éloges sur Rafa : « Nadal a fait ses preuves, car il a été pendant deux ans le dauphin du meilleur joueur de l’his­toire, Roger Federer, ce qui démontre toute la valeur et le niveau de Nadal ».

Et Nadal peut‐il gagner à l’US Open, comme Orantes en 1975 ou Santana en 1965 ?

« Il a beau­coup amélioré son jeu et il sait que même s’il y a des joueurs qui peuvent le mettre en diffi­culté, et même si la partie est très diffi­cile, il peut lui aussi s’im­poser  » analyse Manuel Orantes, qui pense que à court ou moyen terme, Nadal sera en mesure de riva­liser pour le titre à Flushing Meadows. 

Le cham­pion espa­gnol rend égale­ment hommage à l’en­tou­rage du Majorquin, clé indis­pen­sable du succès nada­lien : « Rafa est phéno­ménal, mais dispose égale­ment d’un envi­ron­ne­ment fantas­tique, avec son oncle (Tony Nadal) comme entraî­neur et conseiller. En plus de son haut niveau, il a les pieds sur terre et ne crie jamais qu’il est le meilleur ».

Instagram
Twitter