AccueilATPSantoro est éternel

Santoro est éternel

-

A 35 ans, le doyen des joueurs fran­çais a conservé son titre à Newport en battant en finale l’Indien Prakash Amritraj (6–3, 7–5). Santoro n’a pas fini de nous étonner.

Pour la deuxième année consé­cu­tive, Fabrice Santoro s’im­pose sur le gazon améri­cain de Newport. Après Nicolas Mahut l’an dernier, son adver­saire en finale 2008 était l’Indien Amritraj, fils de Vijay Amritraj vain­queur à 3 reprises de ce tournoi entre 1976 et 1984.
Le Français a eu un peu de mal à entrer dans sa finale, concé­dant d’en­trée son service au 305ème joueur mondial, et spécia­liste du gazon. Sans doute un peu de nervo­sité dû à son statut de favori. Mais « Battling Fab » n’a pas tardé à montrer sa supé­rio­rité, menant rapi­de­ment 4–1 avant de boucler la première manche 6–3.
Le second set a été beau­coup plus disputé, mais Fabrice a fait la loi sur son service, ne concé­dant que 3 points à son adver­saire sur l’en­semble de la manche. A 5–5, il fait enfin le break et conclut la rencontre 7–5 en 1h et 15 minutes. Pour arriver en finale, Santoro a éliminé le Pakistanais Qureshi, l’Espagnol Ivan Navarro, et l’Américain Spadea, avant de devenir depuis hier le troi­sième joueur de l’his­toire à s’im­poser deux fois de suite à Newport, rejoi­gnant ainsi Bryan Shelton et Greg Rusedski.

Alors que la ques­tion de sa retraite spor­tive est dans l’air du temps, Fabrice entre encore un peu plus dans l’his­toire du Tennis. Il a remporté hier son 451ème match, ce qui fait de lui le quatrième meilleur joueur en acti­vité, derrière Federer, Moya et Hewitt : « Quand vous démarrez une carrière à 16 ans, jamais vous ne pouvez imaginer que vous gagnerez un tournoi 20 ans plus tard. J’ai fait mon 1er Roland Garros en 1989. J’ai la même passion pour ce jeu qu’il y a 5, 10 ou 15 ans. Peut être même plus. »

Instagram
Twitter