Accueil ATP Soweto Open, contre la délinquance

Soweto Open, contre la délinquance

-

Le tennis comme outil d’intégration sociale ?
C’est possible, comme en témoigne le Soweto Open, qui débute lundi. Ce tournoi challenger confirme le retour de l’Afrique du Sud dans les rangs du tennis mondial, quelques mois après celui de Johannesburg. Ce dernier avait réinscrit l’Afrique du Sud dans le circuit ATP après 14 ans d’absence. La dotation du tournoi est de 75 000 € et quelques noms du top 100 ont été attirés par le challenge. Fabrice Santoro, ou encore Gilles Muller seront ainsi de la partie.

Le Soweto Open a lieu dans la banlieue de Johannesburg, au complexe Arthur Ashe, au cœur d’un quartier noir environné de bidonvilles. « Il faut emmener le tennis vers les quartiers noirs », affirme d’ailleurs Ian Smith, membre de l’Association Sud-Africaine de Tennis. Soweto est un symbole de la lutte anti-apartheid, Nelson Mandela y ayant vécu plusieurs années de sa vie.

A présent, ce tournoi et le complexe Arthur Ashe constituent un outil pour lutter contre la délinquance. Des cours de tennis sont dispensés gratuitement à des enfants que le foot attire généralement beaucoup plus. Leur entraineur explique que « les enfants ont besoin, plus que toute autre chose, de s’occuper pour ne pas tomber dans la délinquance, un vrai fléau dans [leurs] communautés ». « Le tennis, c’est une bouée de sauvetage pour ces gamins et j’espère qu’un jour, ils réussiront. »

A quand un joueur sud-africain dans le top 100 ?

[Kevin Anderson est le premier de ses compatriotes, à la 158ème place]

Article précédentDes Françaises à Barcelone
Article suivantMarbella pour Jankovic
Instagram
Twitter