AccueilATPTennys Sandgren : "Si vous dites accidentellement quelque chose d'offensant pour quelqu'un,...

Tennys Sandgren : « Si vous dites acci­den­tel­le­ment quelque chose d’of­fen­sant pour quel­qu’un, les spon­sors ne veulent rien avoir à faire avec vous car ils essaient de vendre leurs produits »

-

Après avoir expliqué les diffé­rences fonda­men­tales entre le très haut niveau et le circuit secon­daire suite à sa chute au clas­se­ment (265e mondial cette semaine), Tennys Sandgren, dans une inter­view pour Ubitennis, est revenu sur la notion de poli­ti­que­ment correct alors qu’il n’hé­site jamais à exprimer son point de vue, nottam­ment sur les réseaux sociaux.

« Malheureusement, ce n’est pas seule­ment dans le tennis, mais partout. Si vous dites acci­den­tel­le­ment quelque chose d’of­fen­sant pour quel­qu’un, les spon­sors ne veulent rien avoir à faire avec vous car ils essaient de vendre leurs produits. En fin de compte, très peu de gens sont mécon­tents du poli­ti­que­ment correct, la plupart des gens pensent à eux‐mêmes et à leur vie. Cependant, il est très diffi­cile de vivre sans jamais offenser qui que ce soit, car quoi que vous disiez, vous trou­verez toujours quel­qu’un qui ne partage pas vos idées et qui sera offensé. Ce n’est pas drôle de vivre en véri­fiant toujours chaque mot qui sort de sa bouche. Il m’est arrivé par le passé d’en­tendre un joueur de haut niveau dire qu’il serait inté­res­sant que les joueurs s’ex­posent davan­tage. J’ai souri parce qu’il est clair que ce serait bien, mais en même temps, il serait triste qu’un joueur ne puisse pas gagner de l’argent grâce aux spon­sors pour de telles opinions. De même, lors des confé­rences de presse, vous devez faire très atten­tion car les jour­na­listes sont prêts à utiliser vos mots. Vous avez d’autres pensées en tête, vous essayez d’uti­liser les bons mots mais tout le monde est prêt à vous atta­quer. Je comprends que les meilleurs joueurs ne veulent pas sortir du rang, après un match diffi­cile, il est si facile de dire les mêmes choses et d’éviter un stress supplé­men­taire. Honnêtement, je ne sais pas comment je me compor­te­rais si j’avais des contrats million­naires avec des spon­sors, je n’ai jamais été dans cette posi­tion mais quand on parle de sujets contro­versés, il faut être prudent. »