AccueilATPThiem : "Il y a tellement de choses à améliorer dans mon...

Thiem : « Il y a tellement de choses à améliorer dans mon jeu ! »

-

Bercy 2016, Dominic Thiem nous accorde un entre­tien en face à face. Il est encore un joueur qui construit son palmarès et qui n’est pas aussi connu qu’au­jourd’hui. Avec le recul, cette inter­view prend un sens assez parti­cu­lier notam­ment concer­nant sa rela­tion avec son coach. On comprend mieux pour­quoi leur rupture fait encore couler beau­coup d’encre.

Qu’est-ce que ça fait de voir son visage sur les campagnes Babolat à travers le monde ?
Je dois recon­naître que c’est une sensa­tion assez incroyable ! Quand j’étais petit, il y avait toujours avec Babolat des joueurs comme Rafa Nadal ou Jo‐Wilfried Tsonga. Maintenant quand je vois ma tête sur les publi­cités, je trouve ça fou  ! Sincèrement, je n’avais jamais imaginé me retrouver en photo sur des pubs.

Récemment dans une inter­view tu expli­quais que rien n’avait changé pour toi cette année. Pourquoi  ? Car tu es quand même devenu un jeune joueur du Top 10, comment vis‐tu ce nouveau statut ?
J’apprécie ce nouveau statut. Mais je ne trouve pas que les choses ont changé. J’ai joué un peu mieux en gagnant plus de matchs. C’est un fait. Néanmoins, c’est la seule raison qui explique pour­quoi j’ai grimpé au clas­se­ment. Rien d’autre.

C’est quoi la vie d’une jeune star du circuit ?
(Rire). La vie est très spéciale sur le circuit et je pense que c’est le cas pour tous les joueurs, peu importe le clas­se­ment. La routine est la même pour tous, on voyage toute l’année. Maintenant, je recon­nais que c’est plutôt une belle vie (sourire) ! C’est une chance de pouvoir voyager si souvent et de décou­vrir autant de pays.

Que fais‐tu de ton temps libre ?
Je suis un très gros fan de foot­ball ! Je vais très souvent au stade pour voir des matchs. J’aime bien lire aussi et me rensei­gner sur toute l’alimentation saine car j’apprécie pas mal cuisiner, notam­ment la cuisine végé­ta­rienne, un peu comme Novak (Djokovic) mais lui, il est vegan (rire).

Tu aimes le foot et je crois que ton équipe favo­rite est Chelsea…
Tu me connais un peu (rire) ! En fait, lorsque j’ai commencé à m’intéresser au foot, j’ai vu un match de Chelsea et à partir de ce moment‐là j’en suis devenu un vrai supporter. Je devais avoir 12 ans. Et aujourd’hui, j’aime tous les joueurs, j’essaie de ne pas manquer un match (sourire).

Est‐ce que ton coach, Günter Bresnik, consi­déré comme l’un des meilleurs du circuit, te permet de rester cette même personne ?
Günter (Bresnik) possède une immense expé­rience. Il est présent sur le circuit depuis des années. Il a travaillé avec diffé­rents types de joueurs. Il sait parfai­te­ment ce qu’il doit faire pour que je reste celui que je suis. Mais cela ne vient pas unique­ment de lui. Mes parents m’aident aussi. Grâce à leur éduca­tion, je sais rester simple et ne pas oublier d’où je viens. Du coup, cela me semble facile de rester moi même. Dès qu’ils le peuvent, mes parents sont à mes côtés sur les tour­nois. Je dirais cinq à six semaines par an et c’est souvent en Europe.

Tu travailles avec Günter (Bresnik) depuis que tu as 11 ans. Comment a évolué votre rela­tion  ?
Depuis que j’ai 11 ans, notre rela­tion est excel­lente ! Il est normal depuis toutes ces années qu’elle ait évolué car au début, j’avais 11 ans et aujourd’hui 23 ans. On grandit mais je le respecte toujours énor­mé­ment. Je l’écoute aussi bien sur un court que sur des points privés.

C’est-à-dire  ?
On parle vrai­ment tout avec Günter car je le vois déjà beau­coup plus que mes parents ou n’importe qui (rire) ! C’est essen­tiel de pouvoir se confier.

Tu as beau­coup joué cette année, avec quatre titres et une demi‐finale à Roland Garros. Qu’as-tu appris  ?
C’était une belle année mais elle était aussi éprou­vante. Ce n’est jamais facile de faire une première année à jouer à autant de matchs. J’ai gagné quatre titres mais je suis plutôt fatigué main­te­nant. Mais une telle année est une expé­rience enri­chis­sante pour la suite. J’espère en connaître d’autres de la même inten­sité ; cela serait plutôt bon signe. Maintenant, il y a telle­ment de choses à améliorer dans mon jeu. Je vais travailler très dur au cours de l’intersaison.

Tu possèdes un jeu spec­ta­cu­laire. Cela compte pour toi ?
Je suis assez content que les spec­ta­teurs appré­cient mon jeu. Cela vient sans doute du fait que je suis assez puis­sant et que je ne me contente pas de rester sur la ligne de fond. Cela me rend peut‐être plus spec­ta­cu­laire. Le job des joueurs de tennis est aussi de divertir les gens, de leur faire plaisir. Alors c’est agréable de savoir que son jeu plaît.