Accueil ATP Tsonga patatra, Ferrer sur le net

Tsonga patatra, Ferrer sur le net

-

Pour son retour à la compétition, Jo-Wilfried Tsonga n’aura fait qu’un petit tour au Masters Series de Rome avant de tomber devant Gilles Simon. Dans le même temps, David Ferrer profite du tournoi pour lancer son blog.

Le retour de Jo-Wilfied Tsonga à la compétition n’aura duré qu’un tour. Dans un duel franco-français, le Manceau s’est incliné au terme d’une rencontre très disputée contre le 34ème mondial, Gilles Simon (6-2, 4-6, 7-6 (6).
Malgré cette défaite, Jo-Wilfried Tsonga peut tirer des leçons positives de son premier match de la saison sur terre battue. Le n°2 français est sorti du court avec le sourire, conscient d’avoir rassuré les foules après plus d’un mois sans compétition. « Je n’ai pas à rougir. Cette défaite va m’apporter beaucoup », a-t-il assuré. « J’ai montré que j’étais capable de renverser une situation. […] En plus, je n’ai ressenti aucune douleur au genou, c’est pour cela que j’ai la banane malgré la défaite. »

Fier de sa performance, le Manceau a tout de même encore beaucoup de choses à régler avant Roland Garros, notamment au niveau des fautes directes qui lui ont sans doute coûté la vitcoire. « Sur les balles de match, la réussite n’a pas été là. Mais j’ai prouvé que j’étais capable de jouer sur terre battue. Maintenant, je n’ai qu’une envie c’est de rejouer sur cette surface. » Malgré cette petite fausse note, Tsonga semble déjà affuté mentalement pour l’étape parisienne : « A Roland-Garros, ce sera un Tsonga bagarreur, comme d’habitude, et qui a envie de jouer et de lever les foules », a-t-il promis, enthousiaste.

Dans le même temps, David Ferrer a profité de sa dispense du premier tour du Matsers Series de Rome pour éditer son blog et nous faire partager son séjour italien. Quelques extraits.

« Aujourd’hui je me suis entrainé avec Nicolas Almagro,[…] puis je suis allé voir le duel espagnol entre Carlos Moya et Fernando Verdasco. » Voilà comment David Ferrer, 5ème joueur mondial permet à ses fans de pénétrer son univers le temps d’un Matsers Series, à Rome . A la clé, quelques anecdotes sur le clan iberique : « Moya est une personne extraordinaire, un guide pour nous. On le considère comme un père, ils nous apprend beaucoup. » Le Valencien en profite également pour offrir son Guide Michelin personnalisé des differents tournois de l’année : « Aujourd’hui je suis allé déjeuner avec eux [Rafael Nadal et Carlos Moya]. Rome est, après l’Espagne, l’endroit oû l’on mange le mieux. […] La meilleure chose que vous pouvez essayer ici, c’est la mozzarella.  ». D’autres conseils culinaires sont dispersés au fil des lignes… et plus encore. A découvrir tous les jours sur son blog.

Instagram
Twitter