AccueilATPUn McEnroe pour présider l'ATP ?

Un McEnroe pour présider l’ATP ?

-

John McEnroe senior a déclaré cette semaine au Times qu’il envi­sage sérieu­se­ment d’être candidat à la prési­dence de l’ATP. Le père de la gloire améri­caine John McEnroe Jr estime être « la personne la plus quali­fiée pour exercer ce job ».

On sait main­te­nant de qui vient cette rage et cette volonté de vaincre qui animaient (et qui animent toujours d’ailleurs, sur le senior tour) John McEnroe. Dans un long entre­tien au maga­zine anglais Times, McEnroe Sr déclare vouloir se porter candidat à la succes­sion d’Etienne de Villiers, qui cessera sa prési­dence de l’ATP à la fin de l’année : « Je crois que je suis la seule personne, et la plus quali­fiée pour exercer ce job. J’ai passé plus de 30 ans dans le tennis, que j’ai vu dans tous les sens, que je connais très bien. Je pense que ma candi­da­ture mérite d’être traitée en tant que telle ».

A 73 ans, le célèbre avocat souhaite baser son action dans le sens des joueurs, et le discours est attrayant : « Je pense que les joueurs doivent déve­lopper une meilleure union. Ils devraient main­te­nant tout voir dans un sens collectif, se regrouper, aller voir les direc­teurs de tournoi, et dire « on pense que ça serait juste de faire comme ça ». De cette manière, le tennis pour­rait évoluer positivement. »

Et le patriarche de la famille McEnroe de pour­suivre : « C’est ce que j’ai dit aux joueurs dans la lettre que je leur ai adressés. Par exemple, je pense qu’aucun joueur ne devrait être forcé de parti­ciper à un tournoi s’il ne le veut pas même si je comprends parfai­te­ment l’im­por­tance des TV, des spon­sors ou du public ».

Et il désire simple­ment que sa candi­da­ture soit prise au sérieux, et examinée avec objec­ti­vité : « Je ne vois aucune raison pour que ma candi­da­ture ne soit pas examinée. Je serais très déçu si je n’étais pas entendu avec objec­ti­vité par le BOARD. Je sais que je ne suis pas apprécié univer­sel­le­ment, mais je ne sais pas à quoi cela est dû. N’importe quelle personne qui vien­drait dans le milieu, eu égard mon parcours et mes affaires, ne pour­rait simple­ment conclure que je suis le gars qui est fait pour ce job ».

Du McEnroe tout craché !