AccueilATPWilander : « L’indicateur ultime de dépres­sion est lorsque vous êtes sur le…

Wilander : « L’indicateur ultime de dépression est lorsque vous êtes sur le court et que vous ne ressentez plus l’envie viscérale de gagner

-

La dépres­sion dans le tennis est un sujet tabou. Pourtant, les exemples ne manquent pas. Tout le monde se souvient encore des larmes de Yannick Noah ou encore de la dispa­ri­tion de Guillermo Coria.

À force de tout donner pour un objectif, de ne pas y parvenir mais de conti­nuer à se battre pour enfin réaliser son rêve, le risque est de connaître un moment de lassi­tude, un espèce de « blues » du tennis. 

C’est exac­te­ment ce que vit actuel­le­ment Dominic Thiem. D’ailleurs, pour Mats Wilander, ce senti­ment de déprime est facile à déceler, c’est d’ailleurs ce qu’il disait au journal L’Équipe en 2018 : « Pour un joueur de tennis, l’in­di­ca­teur ultime de dépres­sion est lorsque vous êtes sur le court et que vous ne ressentez plus l’envie viscé­rale de gagner. Lorsque le résultat n’a plus vrai­ment d’importance, c’est une alerte. C’est comme une mort spor­tive. »

Les paroles du Suédois sont d’au­tant plus réalistes et justes qu’il a avoué avoir connu ce vide après avoir réalisé la plus belle année de sa carrière. C’était en 1988, Mats avait alors réalisé le petit Chelem (ndlr : 3 victoires en Grand Chelem la même année à l’Open d’Australie, Roland‐Garros et l’US Open) tout en deve­nant numéro 1 mondial.

Instagram
Twitter