Le blog de la rédac'
Le conseil de classe de Melbourne (2/2)



L'Open d'Australie a rendu son verdict ! Le premier Grand Chelem de la saison a, encore une fois, été très mouvementé... Comme à son habitude, ce conseil de classe n’a rien d’exhaustif. Après celui des hommes, c'est au tour des femmes !

Félicitations :
Caroline Wozniacki : Elle l'a fait ! Des années qu'elle attendait ce titre majeur. Caroline Wozniacki entre enfin dans la cours des grandes et c'est mérité. Impressionnante de régularité et d'abnégation, la Danoise n'a jamais renoncé depuis toutes ces années et le conseil de classe aime ça. Passée à un cheveux de se faire éliminer dès le deuxième tour par Jana Fett, la nouvelle numéro 1 mondiale s'en est finalement sortie pour ne plus s'arrêter. Sincères félicitations !
Angelique Kerber : A force de recevoir des avertissements et de frôler le renvoi en 2017, Angelique Kerber a appris de ses erreurs. Arrivée à Melbourne en ayant gagné le tournoi de Sydney juste avant, la lauréate de l'édition 2016 a retrouvé toute sa fougue et son amour du jeu. Auteur d'une partie incroyable face à Simona Halep en demi-finale, l'Allemande a, malgré la défaite, redonné du baume au cœur à tous ses fans qui pensaient l'avoir perdu pour toujours. Le conseil ne peut être que ravi.
Elise Mertens : On se doutait avant le début de la quinzaine que la Belge de 22 ans avait les capacités de surprendre beaucoup de joueuses. Elle faisait partie de celles à éviter et elle a fait respecter ce statut. Gavrilova, Cornet, Martic et Svitolina ont toutes fait les frais du revers tonitruant de la nouvelle 20ème mondiale, et en deux sets à chaque fois, s'il vous plaît. Seulement battu par la future lauréate, Elise s'est imposée comme une joueuse de très haut niveau. On a hâte de voir la suite de sa saison.

Encouragements
Simona Halep : La déception devait être énorme et c'est compréhensible. Après deux échecs en finales de Roland Garros 2014 et 2017, Simona Halep s'est de nouveau inclinée en finale d'un Grand Chelem, cette fois en Australie. Ce n'est pas comme si la Roumaine n'avait pas tout fait pour y arriver. Passée à deux doigts d'une élimination précoce au troisième tour après un duel énorme face à Lauren Davis (4h de jeu et 15-13 au dernier set), Simona y a toujours cru, encore plus en finale alors qu'elle revenait à un set partout. Ce n'était pas encore la bonne pour la nouvelle dauphine de la WTA mais le conseil lui adresse tous ses encouragements.
Marta Kostyuck : Marta est encore une enfant, pourtant, elle s'est qualifiée pour le troisième tour d'un Grand Chelem. A seulement 15 ans. Épatant. Elle n'a pas fait le poids face à Elina Svitolina mais elle a quand même sorti Shuai Peng, 31ème joueuse mondiale. Possédant une grande maturité à un si jeune âge, l'Ukrainienne a tout pour devenir une future star de ce sport. Et ce n'est pas Ivan Ljubicic, son actuel coach, qui dira le contraire.

Avertissements
Garbine Muguruza : C'est un peu tout ou rien avec l'Espagnole. Éliminée par la surprenante Taïwanaise Su-Wei Hsieh, Garbine Muguruza a pris la porte dès le deuxième tour de ce premier Grand Chelem de l'année. Une énorme surprise même si on sait qu'elle n'est pas forcément friande de cet Open d'Australie, elle qui n'a jamais dépassé les quarts de finale à Melbourne. Déjà vainqueur de deux Grands Chelems à seulement 24 ans et pas des moindres (Roland Garros 2016, Wimbledon 2017), on pense bien que la 4ème mondial n'a pas besoin de notre avertissement pour savoir qu'elle doit se reprendre. Mais on préfère quand même la prévenir.

Tous les produits de Caroline Wozniacki sont chez Tennis Warehouse, notre partenaire.
Lire et réagir

Pour ceux qui sont pressés, en cochant la case "I'd rather post as a guest", vous pouvez réagir sans avoir à vous enregistrer.

Pour changer votre pseudo (une fois inscrit), il faut se rendre sur la page de votre profil disqus et changer la case 'Name'.

Pour désactiver la notification par email rendez-vous sur la page Email Notifications.
En décochant "Receive emails from Disqus" vous ne recevrez plus aucun email de disqus.