Le blog de la rédac'
Federer est le tennis



20 titres du Grand Chelem c'est gigantesque, pharaonique, stratosphérique. Bref, c'est un exploit colossal, unique, qui place Roger Federer définitivement au-dessus de tous les autres. Mais si cette longévité dans la performance est le fruit d'un travail quotidien fait de détails et d'envies. Le Suisse sait aussi que face à tous les joueurs du circuit il possède un avantage technique qui aujourd'hui confirme qu'il est bien le tennis. Marin Cilic a beau avoir un service de feu, un revers à deux mains qui claque, quand il faut poser sa main, faire une variation, tenter une amortie il n'y a plus personne.

C'est quoi le talent ? Et plus prosaïquement c'est quoi le tennis ? Ces questions il y a longtemps que Roger ne se les pose plus. D'abord parce qu'il n'y a pas de talent sans travail, et aussi parce que depuis son retour au premier plan le Suisse nous a proposé toutes les variantes du tennis moderne. Si l'an dernier face à Rafael Nadal, il avait été tonique, vers l'avant, offensif. Face à Marin Cilic, nerveux, il a choisi l'option de l'usure, des trajectoires et des variations de rythme. Cette idée, cette caresse de la balle, est encore plus d'actualité aujourd'hui quand, en face, les jeunes boutonneux n'ont qu'une idée frapper avec le maximum de spin. On cogne à 15-0, à 15-40, peu importe, on a des zones en tête, on déroule avec les risques que cela comporte. Hélas, si ce type de tennis proposé par la plupart des joueurs du top 20 peut paraître spectaculaire, il reste limité surtout si en face celui qui tend l'oreille n'accepte pas cette discussion inaudible et propose de vous faire plier les genoux sur balle courte par exemple.

Roger Federer a bien compris ces atouts et finalement ils sont encore plus criants avec l'avènement de ces bûcherons. Si Cilic n'est pas leur fer de lance, on ne peut pas dire non plus que le Croate en soit très éloigné. Durant cette finale Roger Federer avait décidé de laisser la parole au Croate. Sans se contenter de défendre, Roger n'a pratiquement jamais proposé une seule fois la même balle à son adversaire. Sur les retours de service, on a eu le droit à toute la panoplie, balle courte croisée, flottante, au corps… Au final, sur chaque frappe, il y a chez le maître une idée, une ambition. Point de notion de rouleur compresseur, lui parle de rythme, de gagner du terrain. De fait, il agit comme un vrai joueur de tennis avec cette notion de temps forts, de breaks. Et dans cette finale, cela s'est joué au début du cinquième comme Roger Federer a bien voulu l'expliquer : "Je venais de perdre cinq jeux de suite, je me suis accroché, je savais que si je gagnais un jeu, un seul jeu, le match pouvait à nouveau basculer, autant dire que je me suis vraiment concentré."

Tant que Roger Federer aura cette lucidité, cette énergie, et tant que ses adversaires ne progresseront pas dans certains domaines techniques, ils seront 9 fois sur 10 terrassés par le Suisse surtout si le match se déroule en trois manches. Alors oui, les exceptions existent notamment pour Novak Djokovic, Andy Murray, Rafael Nadal, et Stan Wawrinka, malheureusement pour eux cet Open d'Australie était synonyme d'infirmerie.



Tous les produits de Roger Federer sont chez Tennis Warehouse, notre partenaire.
Lire et réagir

Pour ceux qui sont pressés, en cochant la case "I'd rather post as a guest", vous pouvez réagir sans avoir à vous enregistrer.

Pour changer votre pseudo (une fois inscrit), il faut se rendre sur la page de votre profil disqus et changer la case 'Name'.

Pour désactiver la notification par email rendez-vous sur la page Email Notifications.
En décochant "Receive emails from Disqus" vous ne recevrez plus aucun email de disqus.