-->

Le blog de la rédac'
Le conseil de classe de New-York (2/2)



L'US Open a rendu son verdict, et le dernier Grand Chelem de la saison a été, une fois de plus, assez mouvementé. Comme à son habitude, le conseil de classe de la rédaction va distribuer ses bons et ses mauvais points. Place aux femmes...

Félicitations

Naomi Osaka
Avant mars 2018, Naomi Osaka n’avait jamais remporté un tournoi sur le circuit WTA. Depuis mars, la Japonaise a frappé très fort en ouvrant son palmarès avec Indian Wells et l’US Open. Le conseil de classe de WLT en reste bouche bée tant l’exploit est gigantesque. Devenue à 20 ans la première nippone à soulever un titre du Grand Chelem (hommes et femmes confondus), Osaka confirme qu’elle incarne l’avenir du tennis féminin. Son succès ne souffre d’aucune contestation puisqu’elle n’a laissé que des miettes à ses adversaires avec 2,3 jeux perdus par set. Mention spéciale à Sascha Bajin, ancien sparring de Serena Williams, devenu coach de la Japonaise depuis cette année.

Encouragements

Anastasija Sevastova
Joueuse capable de coups, Anastasija Sevastova a été récompensée de sa constance avec une première qualification dans un dernier carré de Grand Chelem. La Lettone a été éblouissante pour éliminer Sloane Stephens, tenante du titre, mais aussi Elina Svitolina. À 28 ans, la native de Liepaja semble utiliser la pleine mesure de son potentiel. A ce titre, le conseil l’invite à poursuivre sur sa lancée.

Carla Suarez Navarro
Intéressante en janvier avec un quart de finale à l’Open d’Australie, l’Espagnole avait ensuite déçu avec un deuxième tour à Roland-Garros et un troisième à Wimbledon. Le conseil de classe était prêt à sévir. Et puis, le revers à une main de la joueuse ibérique a fait des ravages dans la Big Apple éliminant Caroline Garcia et Maria Sharapova pour s’offrir un quart de finale très prometteur.

Avertissements

Caroline Garcia
Après un premier tour à Wimbledon, Caroline Garcia devait se reprendre à New-York. Alors difficile de se contenter d’un troisième tour au regard de ses ambitions. La numéro 1 française (devenue quatrième mondiale) ne peut pas échapper à l’avertissement. Il est regrettable que la Lyonnaise n’ait pas su prendre encore plus de points sur cette période, alors que se profile une fin de saison démentielle où elle défendra 2 000 points (100 de Tokyo, 900 de Wuhan et 1000 de Pékin), soit presque la moitié de son pécule actuel (4 725 points). Attention Caro.

Simona Halep
Dis donc Simona, c’est quoi cette copie ? Oui, elle a expliqué n’avoir "jamais joué ton meilleur niveau à New-York". Mais quand même : la première de la classe n’a pas le droit de sortir comme ça d’un Grand Chelem en devenant la première tête de série numéro 1 de l’US Open à quitter le tournoi dès le premier tour. Regrettable alors que sa saison frôlait les félicitations du conseil avec sa finale à Melbourne, son titre à Roland-Garros ainsi que sa place de numéro 1 mondiale. Réaction attendue en Asie.

Conseil de discipline

Serena Williams
Loin de la sanctionner pour son tournoi, en tout point remarquable avec une deuxième finale de Grand Chelem depuis son retour de la maternité, Serena Williams ne pouvait pas perdre ses nerfs comme elle l’a fait en finale. Ce n’est pas digne de l’immense championne qu’elle est. Et ce n’est pas parce que les autres arbitres ne prennent pas leur courage à deux mains pour avertir les coachings qu’il faut pointer du doigt l’attitude de Carlos Ramos qui n’a fait que d’appliquer le règlement. A l’avenir, des progrès sont attendus sur le comportement.

Caroline Wozniacki
Depuis son titre à l’Open d’Australie, Caroline Wozniacki est en chute libre. Ou en roue libre. Certes huitième de finaliste à Roland-Garros, la Danoise a été battue au deuxième tour de Wimbledon et de l’US Open. Cette élimination sanctionne un été catastrophique avec un seul succès en trois tournois (entre Montréal, Cincinnati et l’US Open). Des résultats inacceptables pour une numéro 2 mondiale. Il va falloir se reprendre !

Lire et réagir

Pour ceux qui sont pressés, en cochant la case "I'd rather post as a guest", vous pouvez réagir sans avoir à vous enregistrer.

Pour changer votre pseudo (une fois inscrit), il faut se rendre sur la page de votre profil disqus et changer la case 'Name'.

Pour désactiver la notification par email rendez-vous sur la page Email Notifications.
En décochant "Receive emails from Disqus" vous ne recevrez plus aucun email de disqus.