Le blog de la rédac'
Cornet, symbole d'un tennis à contre-courant



Pendant cette période des fêtes de fin d’année, chaque membre de la rédaction vous présentera un coup de coeur ou un coup de gueule sur l'année de la petite balle jaune. Des sujets choisis et présentés avec forcément pas mal de subjectivité et qui susciteront à coup sur le débat parmi vous. Tant mieux, c'est fait pour ça !

Alors que le monde du tennis se lance à corps perdu dans le renouveau et la réforme, à grands coups de marteau-piqueur dans la désormais regrettée Coupe Davis, il conserve d'inquiétants retards. L'un des plus criants s'est constaté au premier tour de l'US Open, lors de la rencontre opposant Alizé Cornet et Johanna Larsson. Pour rappel, la Niçoise revient d'une pause de 10 minutes et s'apprête à reprendre le jeu. S'apercevant que son haut est à l'envers, elle le change rapidement dans un coin du court new-yorkais. Une occasion dont profite l'arbitre de la rencontre pour infliger un avertissement à la Tricolore pour "comportement non sportif".

Face aux apparitions fréquentes des torses de Rafael Nadal, Roger Federer ou Novak Djokovic, eux qui ont pour habitude de se changer sur le court, une femme n'aurait pas le droit de faire de même ? Cette avertissement confirme que la sexualisation du corps de la femme ne s'est pas arrêtée aux portes du tennis, et qu'elle occasionne une différence de traitement entre joueurs et joueuses. Seul point positif de cette affaire dont Alizée Cornet est le symbole, l'USTA a regretté l'avertissement, assurant que cela ne se reproduira plus. Un minimum dans un sport qui fait jouer les femmes moins longtemps que les hommes en Grand Chelem, même si la parité salariale, rare dans le milieu sportif et ailleurs, a été acquise par les joueuses.