Le blog de la rédac'
Que faut-il penser de la victoire de Gauff ?



Vainqueur de Venus Williams en deux manches (6-4, 6-4), la jeune américaine Cori Gauff a donc réussi son pari en dominant une des idoles de sa jeunesse. Seulement âgée de 15 ans, elle est la plus jeune joueuse à avoir remporté un match dans un tournoi du Grand Chelem depuis une certaine Anna Kournikova en 1996, une éternité.


Elle n'avait jamais crié lors d'une victoire, mais là, elle n'a pas pu se retenir. L'émotion était trop forte. Comme elle l'avait précisé avant la rencontre, ce match sera réussi si elle l'emporte. Et ce succès va lui permettre d'accroître une notoriété naissante, même si tout le monde nous explique qu'elle devrait avoir une carrière aussi dingue que son adversaire du jour.

Bien sur c'est ce que l'on pense aussi et le courage dont elle a fait preuve sur le court est déjà un signe d'un caractère bien trempé. Si comme l'a dit Fabrice Santoro, il y a souvent eu des passages de témoins à Wimbledon, on se souvient de la fameuse victoire de Federer face à Sampras, alors Cori Gauff est promis effectivement à un bel avenir.

Mais il ne faudra brûler aucune étapes et surtout ne pas être trop gourmande. Gagner trop vite n'est pas toujours un gage de réussite surtout dans le tennis féminin où la hiérarchie est peu stable. Qui se souvient encore d'Ostapenko qui avait traversé le tableau de Roland-Garros en frappant les balles comme une mule sans se soucier du niveau de prise de risque. Aujourd'hui, elle est déjà sortie comme une certaine Sabalenka.

Donc oui à la précocité mais oui aussi à un tennis complet, qui respecte ce jeu. Dans le papier de L’Équipe ce matin, son entraîneur, Jean-Christophe Faurel expliquait que Cori détestait les exercices à la volée ou encore les séquences où il fallait apprendre le slice. Ce à quoi la jeune fille avait répondu : "Je déteste tous ces exercices bizarres à la volée, mais je suis contente qu'il m’ait obligée à les faire." Décidément Cori Gauff a tout compris.