AccueilChallengerAntoine Sueur, directeur du Challenger de Lille : "L’ATP souhaitait clairement le...

Antoine Sueur, directeur du Challenger de Lille : « L’ATP souhaitait clairement le maintien de l’événement »

-

Le direc­teur du chal­lenger de Lille, qui a été annulé offi­ciel­le­ment, a répondu à trois ques­tions clés pour comprendre cette décision. 

Pourquoi avoir pris cette déci­sion ? Peur d’un calen­drier ATP contrai­gnant pour votre plateau sur une nouvelle date en automne ? Conditions sani­taires trop dures ?
Cette déci­sion s’imposait d’elle-même au regard, d’une part, des incer­ti­tudes encore trop fortes qui pèsent sur l’évolution de la pandémie COVID‐19, et, d’autre part, des mesures sani­taires impo­sées par l’ATP, certes néces­saires, mais trop contrai­gnantes pour nous. Les béné­voles auraient passé le plus clair de leur temps à désin­fecter les diffé­rents espaces du tournoi, et nous n’aurions pas pris de plaisir à orga­niser cette édition. Les spec­ta­teurs auraient été déçus, et nous n’aurions pas pu accueillir nos parte­naires dans de bonnes condi­tions pour célé­brer digne­ment les 100 ans du Tennis Club Lillois Lille Métropole, orga­ni­sa­teur de l’événement.

L’ATP a‑t‐elle favo­risé votre retrait ou au contraire vous pous­sait à rester ?
L’ATP souhai­tait clai­re­ment le main­tien de l’évènement, mais comprend parfai­te­ment notre déci­sion. Rendez‐vous du 22 au 28 mars 2021 !

Est‐ce que l’idée de repousser le tournoi comme l’a fait Orléans loin dans la fin d’année n’au­rait pas été une solu­tion ?
Repousser le tournoi en fin d’année ne garantit en rien la tenue de l’événement. Nous ne sommes malheu­reu­se­ment pas à l’abri d’une deuxième vague de la pandémie qui pour­rait survenir à l’automne, et je me voyais mal remo­bi­liser le staff aujourd’hui pour annoncer dans quelques mois une nouvelle annu­la­tion. Je préfère que tout le monde garde son énergie pour 2021 !