AccueilChallengerMoutet : "Quand un joueur se permet de dire 'fuck you' à...

Moutet : « Quand un joueur se permet de dire ‘fuck you’ à deux reprises en me regar­dant dans les yeux, je ne peux m’empêcher de lui faire comprendre à ma manière que ce n’est pas des choses qui se font »

-

Quelques minutes après en être venu aux mains avec son adver­saire Adrian Andreev, contre qui il venait de s’in­cliner en trois sets (6−2, 6–7, 6–7) en huitièmes de finale du Challenger d’Orléans, Corentin Moutet a dégainé son télé­phone portable pour s’ex­pli­quer sur Instagram. Le Français ne semblait pas déco­lérer et aurait même voulu en découdre avec le Bulgare de 21 ans, 247e mondial. 

« Je tiens à ne pas m’excuser pour ce qui est arrivé en fin de match. Quand un joueur se permet de dire « fuck you » à deux reprises en me regar­dant dans les yeux, je ne peux m’empêcher de lui faire comprendre à ma manière que ce n’est pas des choses qui se font. Vous avez applaudi ce joueur en fin de match. Peut‐être que pour vous ce sont des choses accep­tables. Pour moi non. En tout cas il m’a menacé et m’a demandé de l’at­tendre à la sortie du court. Chose que j’ai fait bien évidem­ment. J’ai eu du mal à la trouver pendant 10 minutes. Effectivement il était caché de l’autre côté derrière six personnes de la sécu­rité. J’ai bien entendu tes menaces donc quand tu seras sorti de la pièce où ils t’ont caché je serai très heureux de te voir les réaliser. Donc je t’at­tends avec impa­tience, on pourra discuter calme­ment », a écrit le 64e mondial, remonté comme une pendule.

Petite préci­sion, c’est la deuxième fois en l’es­pace de dix jours que Moutet perdait contre Andreev après le huitième de finale au Challenger de Gênes. Sur terre battue comme en indoor, le résultat fut le même avec une victoire en trois sets du Bulgare.