AccueilCoupe DavisDjokovic : "Tout a probablement commencé lors de cette finale à Belgrade"

Djokovic : « Tout a probablement commencé lors de cette finale à Belgrade »

-

Numéro 23, Spécial Roland‐Garros, Novak Djokovic vient de réaliser un début de saison de dingue puis­qu’il a remporté tous les tour­nois auxquels il a parti­cipé : Open d’Australie (contre Murray), Dubaï (contre Federer en finale), Indian Wells (contre Nadal en finale), Miami (contre Nadal en finale), Belgrade (contre Lopez en finale), Madrid (contre Nadal en finale), Rome (contre Nadal en finale). Il arrive donc à Roland‐Garros, invaincu, avec une confiance de fou, confiance acquise notam­ment grâce à un autre succès plus loin­tain mais très impor­tant pour lui. C’était en décembre 2010 à Belgrade pour la finale de la Coupe Davis remportée face à la France. Pour Nole, c’est ce succès qui a été le point de départ du nouveau Djokovic.

La ques­tion 
Cette victoire en Coupe Davis t’a vrai­ment lancé comme un boulet de canon..
Oui, tout a proba­ble­ment commencé lors de cette finale à Belgrade. Ce titre, c’était le senti­ment le plus incroyable et le plus fort que j’ai jamais ressenti sur un court de tennis. Individuellement, j’ai gagné deux Grands Chelems. On peut les consi­dérer comme étant mes plus grands résul­tats. Mais on ne peut pas les comparer au titre acquis en Coupe Davis. En fait, la Coupe Davis est incom­pa­rable. Tu ne joues pas pour toi, mais pour tout un pays. Il y a dix personnes du staff sur le banc qui te supportent à chaque point. Mieux ensuite, le succès se partage avec tout le monde. C’est juste énorme. Cela m’a donné beau­coup d’énergie posi­tive, un vrai boost. J’avais encore plus faim après ce titre. L’intersaison a été vrai­ment courte, mais j’ai réussi à être très vite perfor­mant. Cela montre à quel point cette victoire est cruciale dans ma carrière. C’est un tour­nant, un point de passage, après ce week‐end de folie, j’ai entamé une série incroyable en prati­quant le meilleur tennis de ma vie, même si ma vie n’est pas encore finie (rires).