AccueilCoupe DavisHarrison : "Une expérience géniale"

Harrison : « Une expérience géniale »

-

Ryan Harrison n’était pas trop déçu en confé­rence de presse. Malgré sa défaite face à Jo‐Wilfried Tsonga, le jeune améri­cain veut retenir la belle expé­rience qu’il a vécue.

Ryan, comment analyses‐tu ce match ?

C’était vrai­ment fun, vrai­ment exci­tant. J’ai bien commencé puis le niveau a un peu baissé. Après les deux premiers sets, on s’est mis tous les deux à très bien jouer. J’ai fait mon maximum pour qu’il y ait un vrai combat entre nous et je pense y être arrivé. Il y a eu beau­coup de jeux serrés dans ce match. Malheureusement, dans le quatrième set, il ne m’a laissé aucune chance de revenir. 

Qu’est‐ce qui a fait la diffé­rence aujourd’hui ?

Je n’ai pas été assez agressif sur les balles de break alors que Jo, lui l’a été. Sur l’en­semble du match, je crois que c’est cela qui a compté. 

Vous avez semblé tous les deux assez frus­trés tout au long du match. Mais c’est juste­ment Jo qui a peut‐être le mieux géré cette frustration ?

Vous savez, la Coupe Davis est une compé­ti­tion très intense. Les deux joueurs ressentent de la frus­tra­tion, les deux joueurs ressentent de l’ex­ci­ta­tion. Je trouve que Jo a eu d’ex­cel­lents passages dans ce match et c’est aussi pour ça qu’il a gagné.

Comment avez‐vous géré ce premier match en Coupe Davis, émotionnellement ?

J’ai trouvé ça très amusant. C’était une expé­rience géniale, j’au­rais aimé que cela dure encore plus long­temps. C’est incroyable de repré­senter son pays et fran­che­ment, j’ai adoré. 

Après ce premier match avec les conseils de Jim Courier, comment le noteriez‐vous en tant que capitaine ?

C’est le meilleur ! (Rires). Non, je ne peux pas dire cela parce que Patrick (Ndlr, Patrick McEnroe, le capi­taine précé­dent) était égale­ment un super capi­taine. Jim m’a soutenu tout au long du match, il m’a bien conseillé, on a beau­coup échangé. On voit tous les deux les choses de la même manière et on s’est très bien entendus sur le court. A la fin du match, il m’a dit que j’avais bien joué, que je m’étais bien battu, mais que désor­mais, l’es­sen­tiel était de soutenir John (Isner). Et c’est préci­sé­ment ce que je vais faire maintenant.

De votre envoyée spéciale à Monte Carlo

La raquette de Jo‐Wilfried Tsonga, ici !