AccueilCoupe DavisLa Grande Bretagne prend l'avantage !

La Grande Bretagne prend l’avantage !

-

Les affaires se compliquent sérieu­se­ment pour l’équipe de France… Nicolas Mahut et Jo‐Wilfried Tsonga ont été battus par les frères Murray en quatre sets, 4–6 6–3 7–6(5) 6–1, après 2h50 de jeu. La Grande Bretagne mène désor­mais 2–1 et Andy a la possi­bi­lité de quali­fier sa sélec­tion pour le dernier carré de la Coupe Davis, ce qui consti­tue­rait une première depuis 1981. Les Bleus vont devoir réaliser un exploit ce dimanche…

Depuis le tirage au sort, on savait toute l’importance de ce double. Comme souvent vous allez me dire. Mais avec Andy Murray côté britan­nique, il prenait une toute autre dimen­sion. L’incertitude a d’abord régné concer­nant la compo­si­tion du double britan­nique au cours de la matinée (Andy Murray ou Dominic Inglot pour épauler Jamie). Du côté des Bleus, le choix d’aligner Nicolas Mahut et Jo‐Wilfried Tsonga a été logique pour Arnaud Clément. D’autant plus que ce premier set donne parfai­te­ment le ton. Avec un début de match toni­truant et explosif, les Bleus breakent d’entrée Andy Murray ! C’est le départ rêvé. Jo et Nico se montrent extrê­me­ment solides sur leurs services au cours de cette première manche : 78% de premières balles, 100% de points gagnés derrière la deuxième, les statis­tiques parlent d’elles-mêmes.

Un tie‐break fatal

Les débats s’équilibrent en cette entame de deuxième set. Mais c’est surtout l’Angevin qui commence à décliner. À 2–1, Nico craque d’abord sur une volée facile et surtout, il offre le break aux Britanniques sur un coup droit penalty qui finit dans le filet. Le troi­sième set constitue ce fameux point d’inflexion, celui qu’il ne faut pas manquer. Les deux équipes ne se laissent pas la moindre oppor­tu­nité. À 5–5 (30–15), sur le service des Tricolores, Andy Murray chute lour­de­ment. Son cri fait peur et glace le Central du Queen’s. Le numéro 3 mondial se plaint de l’adducteur droit. Après s’être fait mani­puler par le médecin de son équipe, il revient sur le court et permet d’égaliser à 6–6 pour arra­cher le jeu décisif. Rassurez‐vous, son adduc­teur va bien au regard de sa manière d’haranguer la foule. Le chou­chou du public est très présent dans ce jeu décisif. Après avoir concédé deux fois le mini‐break, Jo permet aux Bleus de revenir. De toujours y croire. Mais à 6–5, c’est Nico qui manque complè­te­ment son inter­cep­tion. Les Murray exultent. Le public avec.

Les Bleus condamnés à l’exploit

Le quatrième set est terrible pour les Frenchies. Les frères Murray réus­sissent tout. Si le Manceau a plutôt été bon ce samedi, on est déçu de la pres­ta­tion de l’Angevin. Mais de manière géné­rale, les Tricolores ont trop pêché à la relance, comme au filet où ils ont parfois manqué de tran­chant (23 points gagnés sur 59). Oui, Andy Murray porte son équipe à bout de bras. Ce dimanche, le numéro 3 mondial a rendez‐vous avec l’histoire. Pour la première fois depuis 1981, il peut envoyer la Grande Bretagne dans le dernier carré de la Coupe Davis. Les Bleus, eux, sont condamnés à l’exploit. Pour l’ins­tant (car cela peut encore changer), Gilles Simon doit affronter le numéro 1 britan­nique en ouver­ture. Et un tout un peuple derrière lui.

De votre envoyé spécial à Londres