AccueilCoupe DavisLes Bleus en surrégime ?

Les Bleus en surrégime ?

-

Les Français sont‐ils dans le rouge ?

C’est en tout cas la ques­tion que l’on peut se poser au vu des perfor­mances des Bleus au Masters de Bercy : l’éli­mi­na­tion d’Arnaud Clément, qui a pour­tant mené d’un set‐un break (6–3, 3–2), face à Fernando Verdasco, avant de se faire rattraper pour s’in­cliner 6–3, 3–6, 0–6. Gilles Simon, qui s’im­pose diffi­ci­le­ment en trois sets 3–6, 6–4, 6–3, face au Kazakh Andrey Golubev. Michael Llodra, qui a avoué être fatigué après sa victoire sur Potito Starace, 6–4, 6–1. Tout comme Gaël Monfils… qui a énor­mé­ment souf­fert lors de la première manche face à Benjamin Becker, en étant mené 4–0, puis 5–1, avant de réagir et de s’im­poser en deux sets 7–6, 6–4. Et enfin Richard Gasquet, auteur d’une partie très moyenne face à Nicolas Mahut.

Plus inquié­tant, concer­nant la Monf’ : le Parisien a avoué souf­frir du genou depuis quelques semaines. Affaire à suivre… Quoi qu’il en soit, les Français sont loin d’être au top de leur forme, à Paris, notam­ment à cause des cadences impo­sées et, pour quelques uns, des résul­tats : Monfils, fina­liste à Tokyo, vain­queur à Montpellier, quart de fina­liste à Valence ; Gilles Simon, vain­queur à Metz, quart de fina­liste à Pékin et Montpellier, demi‐finaliste à Valence…

Alors, certes, on est encore loin de devoir vrai­ment tirer la sonnette d’alarme en ce début de tournoi, il y a encore du temps d’ici la finale et nos possibles titu­laires ont gagné. Mais, soyons clairs, l’état physique de nos Bleus se dété­riore au fil des matches et en a déjà laissé quelques uns sur le carreau : Jo‐Wilfried Tsonga et Julien Benneteau peuvent en témoi­gner. « Je suis fatigué, j’ai un peu mal », dixit Gaël ; « physi­que­ment, c’était dur », dixit Gillou… Restons vigi­lants et espé­rons qu’ils récu­pèrent à temps. Heureusement, le calen­drier est le même pour tous : Djokovic, lui aussi, a le temps de se fati­guer, entre Bercy et les Masters.

Article précédent« Il faut une pause »
Article suivantCilic, ça passe