Accueil Coupe Davis Les Bleus. Episode 2 : Partie de ping pong Santoro-Llodra

Les Bleus. Episode 2 : Partie de ping pong Santoro-Llodra

-

A la suite de notre épisode 1, le monde du tennis ne pouvait pas rester silencieux. Les deux malheureux du jour, Santoro et Llodra tous deux éliminés au premier tour du tournoi de Monte-Carlo, ont souhaité réagir à la polémique entre le « clan Gasquet » et Guy Forget. Partie de ping pong entre les deux français.

Lors de la conférence de presse qui a suivi sa défaite face au Belge Kristof Vliegen (7-6(4) 6-1), Fabrice Santoro a tenu à prendre la défense de son jeune compatriote. « Je crois qu’il y a un acharnement sur Richard. Je pense qu’au lieu de le blâmer parce qu’il a envoyé un sms, il faudrait plutôt comprendre pourquoi il l’a envoyé. » Le Français tient à minimiser les choses : « On en fait trop autour de cette histoire, tout ça n’a pas lieu d’être ». Mais lorsqu’une question arrive sur le capitaine des bleus, le 47ème mondial devient moins loquace : « Je n’ai pas mon mot à dire sur Guy. […] Je ne suis plus sélectionné depuis très longtemps, je ne peux donc pas émettre de jugement sur ses choix ou sur la vie du groupe ».

De l’autre côté, Michael Llodra, sorti par Juan Carlos Ferrero en trois sets (6-7(5) 6-1 6-1), ne suit pas le même raisonnement que son compère. Il a également souhaité revenir sur cette polémique : « En partant de Winston-Salem, on a eu un débriefing très houleux. On a conclu un pacte : on est une équipe. Entre nous c’est à la vie à la mort.[…] Rien ne devait sortir de l’équipe. » Mais force est de constater que le pacte n’aura tenu que quelques heures, et Mika, déçu de l’attitude de certains, menace : « Le pacte a été brisé. Si ça continue à prendre de telles proportions, je révèlerais tout. Je vais aller voir Richard, je vais lui parler. Mais si ça continue, ça éclatera et ça va faire mal ! ». Il est ensuite revenu sur les propos de Francis Gasquet : « Quand le père de Richard parle de Noah, il faut qu’il sache que ce n’est que le père de Gasquet. […] Il ne faut pas qu’il s’emballe » avant de modérer ses propos : « Il a raison de protéger son fils ».

D’autres infos pourraient bientôt tomber. A suivre.

De notre envoyé spécial à Monte-Carlo.

Instagram
Twitter