AccueilCoupe Davis"L’important, c’était de gagner »

« L’important, c’était de gagner »

-

Llodra, auteur d’une match tout à fait hono­rable revient sur le premier double joué avec Jo Wilfried Tsonga


Michaël, vous avez évolué aux côtés de Jo‐Wilfried Tsonga, votre 6e parte­naire diffé­rent en Coupe Davis. Quelles sont vos impressions ?

Très bonnes. L’important, c’était de gagner. Peu importe la manière. On savait que le match allait être compliqué. Il y avait un partout. Les Néerlandais n’avaient rien à perdre. De notre côté, on avait vrai­ment envie de faire un bon match.

Ce fut parfois un peu laborieux…
Sans doute. Mais la surface n’était pas la meilleure pour nous. Il y avait pas mal de faux rebonds et en face, on avait deux joueurs qui n’avaient rien à perdre. Dans ces condi­tions, cela devient forcé­ment un peu plus dur. On a eu des occa­sions que l’on n’est pas parvenus à concré­tiser. Mais cela fait partie de la Coupe Davis. Dans cette épreuve, on sait bien que tout peut arriver. On l’a encore vu hier avec Gaël. Mais le prin­cipal, c’est de virer en tête ce soir.


C’est rassu­rant d’avoir un Jo‐Wilfried Tsonga à ses côtés ?

Bien sûr. Cela fait toujours du bien d’avoir à ses côtés un mec qui met de l’intensité sur le match. A un moment donné, il est capable de prendre ses respon­sa­bi­lités. On a essayé de jouer de la meilleure façon possible. Tout n’était pas parfait, mais le prin­cipal c’était de gagner.

Au‐delà du double, sa présence dans l’équipe fait du bien ?

Quand on a un 7e mondial dans l’équipe, ça rassure bien sûr. Mais chacun dans l’équipe amène sa pierre à l’édifice. Que ce soit Jérémy (Chardy), Gaël (Monfils) ou Julien (Benneteau), même s’il n’est pas dans l’équipe aujourd’hui. Tout le monde fait son boulot le mieux possible. Jo a assuré vendredi. Il a assuré aujourd’hui. Et demain, peut‐être viendra‐t‐il clore les débats. Mais encore une fois, chacun apporte sa touche. »