Accueil Coupe Davis Noah : "Paire ? On attend le moment où il va casser...

Noah : « Paire ? On attend le moment où il va casser cinq ou six raquette »

-

Yannick Noah a décidé d’aligner Lucas Pouille et Benoit Paire pour les deux premiers simples. Si la présence du Nordiste n’est pas une surprise, celle de l’Avignonnais peut l’être. Le capitaine tricolore a fait le point après le tirage au sort et n’a pas hésité à répondre avec humour.

Yannick, pouvez-vous expliquer vos choix ?

Le choix n’était pas facile. Ils ont fait une belle préparation et on a pas mal d’options pour le week-end. Benoit est en forme et joue bien. Lucas a aussi fait une bonne semaine d’entraînement. Maintenant, je sais que j’ai des options pour samedi et dimanche.

Peut-on parler d’une surprise avec la titularisation de Benoit Paire ?

C’est une nouveauté car c’est sa première sélection. Cela fait quelques années qu’il est à la porte de l’équipe de France. Techniquement, compte tenu des conditions de jeu avec court couvert et une surface rapide, j’avais pensé à lui depuis longtemps. Une fois dans le groupe, il devait faire des bons entraînements, s’adapter à l’équipe et il l’a parfaitement réalisé. Il joue vraiment bien. J’espère qu’on va pouvoir gérer ce premier match sur le plan émotionnel. S’il réussit à faire ce qu’il fait à l’entraînement, je suis très confiant.

On est tous un peu gourmand de voir ce que ça peut donner…

Il y a beaucoup de gourmandise. Il y a de mon côté l’excitation de pouvoir travailler avec Benoit. Je voulais voir comment ça allait se passer avec le groupe, sa réaction avec les entraînements… C’était super ! De l’autre côté, il y a la gourmandise où on attend le moment où il va casser cinq ou six raquettes (rire). Vous allez kiffer. Vous allez voir ma gueule, ça va être marrant (sourire). On s’est dit pas plus de trois raquettes par set (sourire). On a pas mal de raquettes. Il va y avoir de la tension. On a suffisamment blagué dans le groupe dès sa sélection. Il m’a promis qu’il n’allait pas me casser une raquette sur la tronche. Donc je l’ai sélectionné (rire).

De votre envoyé spécial à Lille

Instagram
Twitter
Facebook
Facebook