AccueilCoupe DavisNoah : "Si on m'avait dit 2-0 ce matin..."

Noah : « Si on m’avait dit 2–0 ce matin… »

-

Yannick Noah s’est montré très satis­fait de ses joueurs en confé­rence de presse, qu’il n’a pas manqué de féli­citer devant les journalistes.

Quand on demande au capi­taine de l’équipe de France ce qu’il pense de cette journée, il ne peut pas nier l’évi­dence : « Si on m’avait dit 2–0 ce matin… on aurait été très content et j’au­rais été plus détendu ! Après comme vous avez tous vu, le premier match était impor­tant par rapport à la physio­nomie de la rencontre. Lucas domi­nait, il y a eu un moment de flot­te­ment, ça aurait pu tout changer. Ce tie‐break du deuxième set, il est telle­ment impor­tant, il peut changer beau­coup de choses. Une fois qu’il l’a gagné, ça a été beau­coup mieux. »

Le capi­taine des Bleus a encore une fois été impres­sionné par Lucas Pouille, et son incroyable esprit d’équipe. Il l’a rappelé à travers une image : « Lucas est très motivé, la Coupe Davis est l’une de ses prio­rités. Il est quand même venu à Tokyo soutenir l’équipe, c’est énorme ! Il commence à s’installer et je pense qu’il sera là pour un moment. Il y a une équipe, mais sur le court tu restes quand même seul. Lui est avec l’équipe partout, là où d’autres joueurs feraient autre chose. Un leader c’est ça mais c’est aussi celui qui ramène les points, et là il fait les deux. Pour l’instant il est irréprochable. »

Il se livre aussi sur le choix de la terre battue, une bonne option selon Noah, qui rappelle quand même que les Britanniques déplorent une absence impor­tante : Notre objectif c’était que les joueurs soient dans les meilleures condi­tions possibles. Choisir la terre battue, c’était une bonne chose c’est sûr. Mais il faut se rappeler qu’en face, ils évoluent sans Andy Murray. C’est quand même beau­coup plus facile d’un seul coup. Daniel Evans, je n’ai jamais eu l’occasion de le voir vrai­ment jouer sur terre battue. Mais je savais que si Jérémy jouait à son niveau, il pouvait s’en sortir tran­quille­ment. Ça faisait plaisir de voir qu’Evans se frus­trait. Ça me rappelle quand moi j’en chiais sur herbe (rires). »

De votre envoyé spécial à Rouen

Babolat vous offre la possi­bi­lité de gagner une place pour Monte‐Carlo et d’as­sister à un entraî­ne­ment de Dominic Thiem, le tout avec une raquette Babolat Pure Strike. Dépêchez‐vous, vous avez du 27 mars au 9 avril pour jouer !