AccueilCoupe DavisQui dans le dernier carré ?

Qui dans le dernier carré ?

-

Entre derbys explo­sifs et matches tron­qués par les forfaits, les autres quarts de Coupe Davis réservent leur lot d’af­fiches plus ou moins allé­chantes et indé­cises. Avec en vue une place pour le dernier carré de la « Coupe du Monde de tennis ».

Gardons le meilleur pour la fin, et commen­çons par l’af­fiche la moins pres­ti­gieuse, Chili – République Tchèque. Sur le papier, la confron­ta­tion entre les fina­listes de la dernière édition et la bande à Fernando Gonzalez, toujours surmo­tivé quand il s’agit de repré­senter son pays, parais­sait inté­res­sante. Hélas, la bles­sure au genou du Bombardero est venue changer la donne, rendant l’af­fron­te­ment un rien inégal avec le Chili amputé de son meilleur joueur et de loin. Mais dernier rebon­dis­se­ment, Tomas Berdych a préféré faire l’im­passe sur l’évè­ne­ment, sans doute pour se reposer de sa récente finale à Wimbledon. Avec en plus la bles­sure de Radek Stepanek, ce Chili‐République Tchèque prend un goût d’im­prévu, et offrira à des seconds couteaux comme Massu d’un côté et Hajek de l’autre l’oc­ca­sion de briller. Le Chili part donc avec le mince avan­tage de l’équipe qui reçoit.

Match plus crous­tillant en revanche entre la Russie et l’Argentine, même si là encore l’équipe hôte part favo­rite. Cela fait une éter­nité que la Russie n’a pas perdu à domi­cile, et elle affron­tera une Argentine privée de Del Potro et Monaco, tous deux touchés au poignet. Mais atten­tion, David Nalbandian est lui de retour, frais, dispos et prêt à en découdre. De quoi s’at­tendre à de belles empoi­gnades face aux deux ténors russes, Davydenko et Youzhny. Reste à savoir qui de Mayer, Schwank et Zeballos sera le deuxième joueur aligné en simple. Etant donné que le match a lieu sur dur, Mayer part favori avec sa qualité de service, d’au­tant plus que Schwank et Zeballos sont plus perfor­mants sur terre. La Russie part quand même légè­re­ment favorite.

Terminons par le match le plus symbo­lique, ainsi que celui auquel prendra part, le joueur le mieux classé dans cette Coupe Davis, à savoir Croatie‐Serbie. Novak Djokovic et ses copains devront batailler dans l’am­biance chauffée à blanc de Split, avec un contexte géopo­li­tique un brin sulfu­reux entre ces deux voisins en conflit au début des années 90. Ivan Ljubicic, le sage croate qui a souf­fert du conflit des Balkans, espère voir de beaux matches de tennis et aucun débor­de­ment. « Des gens vien­dront de partout pour voir ce match, c’est une chance de montrer au monde que les querelles sont finies. C’est un match de tennis, pas du foot, donc ça aide un peu, mais j’ai quand même peur, pour parler fran­che­ment, car j’ai confiance en la plupart des personnes qui vien­dront assister au match, mais il suffit d’un ou deux déséqui­li­brés pour que ça dérape », s’in­quiète l’an­cien numéro trois mondial, qui devrait offrir une belle résis­tance au nouveau dauphin de Nadal, Djokovic. De la forme de Mario Ancic dépendra sans doute le résultat de ce match serré. Le numéro onze mondial a eu des résul­tats mitigés ces derniers temps mais le match se dérou­lera sur dur, sa surface fétiche. Si les deux leaders croates sont au top, cela donnera un atout supplé­men­taire à l’avan­tage du terrain, car le numéro deux serbe, qu’il s’agisse de Troicki ou Tipsarevic, leur est norma­le­ment infé­rieur. Mais atten­tion, les Serbes ont un autre « Djoker », en la personne de Nenad Zimonjic, redou­table joueur de doubles qui pour­rait jouer les arbitres dans ce véri­table « clash », dixit Cilic.

Enfin, dans le quarts France‐Espagne, ne cachons pas que les redou­tables ibères partent favori avec dans leurs rangs un joueur du top 10, Fernando Verdasco, qui détient une ou plusieurs clés du match, d’au­tant plus s’il est aligné en doubles avec Lopez, ce qui devrait être le cas. Mais ne partons pas battus d’avance, comme le dit Guy Forget ! Si l’on devait oser un pari pour les demies, les affiches les plus plau­sibles semblent être Espagne‐Russie et Croatie‐Chili. Quant à savoir qui se retrou­vera en finale, on ne le décou­vira qu’en septembre.