AccueilCoupe DavisStepanek, ce héros !

Stepanek, ce héros !

-

Bis repe­tita pour les Tchèques ! La République Tchèque remporte sa deuxième Coupe Davis consé­cu­tive, la troi­sième de son histoire. Elle bat en finale la Serbie, à Belgrade, trois points à deux. C’est Radek Stepanek, 34 ans, qui a apporté le point décisif à son pays, en battant Dusan Lajovic 6–3 6–1 6–1. Un scénario simi­laire à l’année dernière.

Dans ce match décisif, c’était David contre Goliath. Mais contrai­re­ment à l’Ancien Testament, c’est le plus grand qui l’a emporté aujourd’hui. Face à Dusan Lajovic, 117è au clas­se­ment et n’ayant jamais battu un seul membre du Top 50, la tache s’an­non­çait rela­ti­ve­ment facile. Et ce fut le cas. D’entrée de jeu, Stepanek met la pres­sion sur son adver­saire, alignant quatre jeux de suite après avoir perdu sa mise en jeu. Le vétéran tchèque est incisif, n’hé­si­tant pas à monter au filet et y rempor­tant de nombreux points. Agressif, Stepanek contrôle la fin du set qu’il remporte six jeux à trois. Mais malheu­reu­se­ment pour son adver­saire du jour, ce n’est pas encore fini… Dans la deuxième manche, le Tchèque marche sur son adver­saire et ne le laisse pas respirer. C’est bien simple : en étouf­fant Lajovic, il a la main mise sur le jeu et se promène, rempor­tant le set six jeux à un. Lancé à pleine vitesse, Radek Stepanek ne plus s’ar­rêter. Le public, presque tota­le­ment acquis à la cause du Serbe, n’y chan­gera rien. Stepanek passe un dernier coup de balai et s’ad­juge la troi­sième manche six jeux à un. Le Tchèque hurle sa joie, il vient d’of­frir la Coupe Davis à son pays.

Stepanek crucifie son adver­saire, encore une fois

Cette édition 2013 ressemble étran­ge­ment à celle de l’année dernière. En finale, les Tchèques menaient comme cette année deux‐un après le double, puis perdaient le troi­sième match de simple, avant de remporter la cinquième et dernière rencontre. Et là encore, les simil­tudes sont trou­blantes : comme en 2012, c’est Radek Stepanek qui offre le point décisif à son pays. Une sacrée perfor­mance, car avant lui seuls Fred Perry et Henri Cochet avaient réussi cet exploit ! Il est vrai qu’avec une équipe serbe dimi­nuée en face d’elle ‑absences de Tipsarevic et Troicki‐ la République Tchèque était dans de bonnes dispo­si­tions. Malgré la présence de Novak Djokovic qui a remporté ses deux matches de simple, les Tchèques ont réussi à conserver leur titre. Une deuxième Coupe Davis en autant d’édi­tions, c’est une bien belle perfor­mance. D’autant plus que, contrai­re­ment à la finale 2012, les joueurs tchèques ont joué en dehors de leurs bases. Dans une arène surchauffée à Belgrade, ils ont su faire abstrac­tion d’une foule bruyante et parfois irres­pec­tueuse. La République Tchèque se succède donc à elle‐même en cette édition 2013, et comme dit le dicton : « jamais deux sans trois »

La raquette de Tomas Berdych, ici !