AccueilCoupe DavisTsonga a du coeur !

Tsonga a du coeur !

-

A l’issue d’un très gros combat, Jo‐Wilfried Tsonga apporte le premier point à l’équipe de France dans ce quart de finale de Coupe Davis face à l’Argentine. En près de 4h de jeu, le Français domine Carlos Berlocq 4–6 6–2 6–3 5–7 6–2. C’était compliqué, mais l’es­sen­tiel est assuré !

Le premier match d’une saison sur terre battue est toujours diffi­cile. Encore plus lors­qu’il se déroule en Coupe Davis. Jo‐Wilfried Tsonga en a fait la doulou­reuse expé­rience cet après‐midi, face à un accro­cheur Carlos Berlocq. Mais grâce à sa force mentale, sa déter­mi­na­tion et son impli­ca­tion physique, le Français a su faire la différence. 

Mal à l’aise dans la première manche, le numéro 1 trico­lore peine à trouver ses marques sur la terre battue très lente de Parque Roca. Sa qualité de dépla­ce­ment s’en ressent, et Berlocq en profite. Très en réus­site, l’Argentin réalise une entame de match parfaite. Il breake d’en­trée, et parvient à tenir son service tout au long du set. La première manche lui revient, logi­que­ment, 6–4.

Mais Tsonga ne panique pas. Très calme, n’ex­té­rio­ri­sant pas sa frus­tra­tion, le 8e joueur mondial monte en puis­sance. Ses frappes gagnent en inten­sité et son dépla­ce­ment en flui­dité. Après un premier break libé­ra­teur, le Français fait cava­lier seul dans la seconde manche, remportée 6–2. Sa domi­na­tion se pour­suit dans le set suivant. Serein, réaliste, le Tricolore pratique un tennis juste et effi­cace. Le 3e set lui revient, 6–3.

Et lorsque Tsonga s’empare du service adverse à 3–3 dans le 4e set, l’on commence à penser que le plus dur est fait. Mais non ! L’Argentin refuse de céder et recolle à 5 partout. Les suppor­ters albi­cé­lestes donnent du plus en plus de voix et Berlocq, porté par cette ambiance survoltée, réussit un vrai petit hold‐up pour recoller à deux manches partout (7–5). Tsonga, qui semble usé physi­que­ment et touché menta­le­ment, aborde ce 5e set décisif dans des condi­tions difficiles. 

Mais le numéro 1 trico­lore a de la ressource. Après un petit tour aux vestiaires et un coaching sans doute musclé de son capi­taine Clément, le Manceau attaque le 5e set pied au plan­cher. Il breake dès le 3e jeu et ne laisse aucune chance à son adver­saire sur son propre enga­ge­ment. A nouveau très effi­cace en coup droit comme sur sa première balle, Tsonga réussit égale­ment de très belles accé­lé­ra­tions côté revers. En face, Berlocq paie l’ad­di­tion. Et malgré un dernier jeu plein de courage, l’Argentin doit rendre les armes après 3h53 d’effort.

C’était dur, c’était long. Mais Jo‐Wilfried Tsonga a fait le job. La France mène 1–0 !

La raquette de Jo‐Wilfried Tsonga, ici !