AccueilCoupe DavisTsonga qualifie la France !

Tsonga qualifie la France !

-

Jo‐Wilfried Tsonga s’en est sorti ! Le Manceau a eu toutes les peines du monde à se défaire du Hollandais Thiemo de Bakker pour apporter le point de la victoire à l’Equipe de France. Mais l’es­sen­tiel est assuré, et les Bleus ont bel et bien sauvé leur place dans le groupe mondial. 

Ce fut dur et éprou­vant, mais Jo s’en est sorti. Après un premier set très disputé qui avait vu le Français remonter d’un break pour fina­le­ment l’emporter au jeu décisif, Thiemo De Bakker sembla marquer sérieu­se­ment le pas. Ce dont le Manceau profita à merveille puis­qu’il s’empara de la manche 62 après avoir pris par deux fois le service de son adver­saire. On pouvait penser que le plus dur était fait, mais c’était sans compter sur l’in­croyable volonté du numéro 1 Hollandais. Allant provo­quer la chance, frap­pant de toutes ses forces dans chaque coup droit, touchant les lignes un certain nombre de fois, De Bakker empocha la troi­sième manche 63. Relancé, le Hollandais enflam­mait toute la colonie orange présente dans le stade et commen­çait à faire douter le clan fran­çais. Oui mais voilà, Jo lui, n’a pas douté. Bien qu’é­prouvé physi­que­ment, le Français s’est battu corps et âmes pour tenir sur son service malgré quelques sérieuses frayeurs (notam­ment 0–30 à 6–5 De Bakker) pour aller fina­le­ment coiffer sur le fil son adver­saire dans le jeu décisif final. 

Jo‐Wilfried Tsonga ne cachait pas sa joie au sortir de ce week‐end éprou­vant de compé­ti­tion fort en émotions. « Il fallait être là aujourd’hui, il fallait aller gagner ce point. Ça a été très très diffi­cile et je suis très content d’avoir sorti l’équipe de cette situa­tion déli­cate. Pour moi, cela a vrai­ment été compliqué, il n’avait vrai­ment rien à perdre, et jouait tous le temps les lignes. C’est super frus­trant, tu te dis que ça va finir par s’ar­rêter mais ça ne s’ar­rête jamais ! C’est sûr que gagner ces trois points, c’est vrai­ment top pour moi et j’es­père que ça va m’aider pour la suite, pour encore passer un cap. Je suis vrai­ment ravi pour l’équipe. Et c’est vrai que grâce à cette victoire, je suis toujours invaincu en Coupe Davis. J’espère que ça ne va pas s’ar­rêter ! » On l’es­père aussi…