AccueilYsern : "Le tournoi n’est pas en danger"
Array

Ysern : « Le tournoi n’est pas en danger »

-

Invité de l’émission avec notre parte­naire, Sud Radio, Gilbert Ysern s’est confié sur l’avenir de Roland‐Garros et le projet de moder­ni­sa­tion du stade. Le direc­teur du tournoi aborde égale­ment la ques­tion du prize‐money après l’annonce de la hausse de Wimbledon cette semaine.

L’avenir du tournoi de Roland‐Garros…

« Le tournoi n’est pas en danger. Le danger vien­drait si on n’arrive pas à réaliser l’extension du stade. On n’est plus dans le coup, c’est pour ça que l’on veut faire des travaux, mais il faut attendre. Les joueurs, les spec­ta­teurs, les médias, tout le monde est patient. Il faut réussir cette extension. »

Sur la projet de modernisation…

« Un stade en ville, c’est mieux qu’un stade à la campagne. Le stade s’intègre parfai­te­ment dans son quar­tier. On fait en sorte que les nuisances soient réduites. Bien sûr, il y a du monde. Ça créé des désa­gré­ments dans le voisi­nage. Mais ce qui fait la force de Roland, c’est qu’on a un site excep­tionnel à côté des grands monu­ments de Paris. Notre force, c’est notre iden­tité. On cultive cette iden­tité en voulant aller dans les serres d’Auteuil. Contrairement aux diffé­rents mensonges et désin­for­ma­tion, on ne va pas porter atteinte aux serres de Formigé. On va construire des magni­fiques serres et ceux qui visi­te­ront les serres Formigé ne verront même pas les courts de tennis. Après cinq ans de procé­dure, on arrive enfin au bout. Le rapport de l’enquête publique nous dit que c’était un très beau projet et que l’alternative de couvrir l’A13 ne pouvait fonc­tionner. On joue les prolon­ga­tions… Mais le premier ministre nous soutient. »

Sur l’augmentation de Wimbledon, et le fait que Roland‐Garros soit le « dernier » en matière de prize‐money malgré une hausse de 12% cette année…

« Ce n’est pas embê­tant. Le monde du tennis sait très bien que Wimbledon est un tournoi à part. C’est un club. Roland‐Garros est l’outil de produc­tion du tennis fran­çais, qui fait vivre le tennis en France. Maintenant, les points déli­vrés aux joueurs sont les mêmes, le statut de Grand Chelem on l’a au même titre que les autres. L’enjeu est le même. Demandez à Novak Djokovic… »

Sur la course à l’augmentation…

« Les tour­nois fonc­tionnent très bien, gagnent de l’argent, c’est donc normal que les joueurs en profitent. Le sport vit une mondia­li­sa­tion. Des acteurs sont prêts à tout pour faire venir les meilleurs joueurs. On l’a vu en fin d’année avec l’IPTL notam­ment. Cela met méca­ni­que­ment la pres­sion sur les grands tour­nois comme les nôtres. Les joueurs jouent nos tour­nois car c’est ici que s’écrit l’histoire, le pres­tige et le statut. »

Vous pouvez (ré)écouter l’émis­sion, le journal du tennis, en cliquant ici (à partir de 21’15).