AccueilFed CupQuelles chances pour les Bleues ?

Quelles chances pour les Bleues ?

-

Après un samedi qui a tenu toutes ses promesses, les Bleues ont encore toutes leurs chances de se quali­fier pour la finale. L’essentiel est donc préserver et nous avons donc décider d’an­ti­ciper les événe­ments en vous livrant notre scénario idéal même si les Etats‐Unis peuvent faire taire nos pronos­tics puisque leur capi­taine peut changer son équipe à la dernière minute comme le suggé­rait Kristina Mladenovic en confé­rence de presse.

Kiki doit rester la leader impitoyable

Après un set où elle a été contrainte de subir, Kiki a remis les pendules à l’heure face à une Coco Vandeweghe qui est loin de comprendre les subti­lités du jeu sur terre battue. Face à Sloane Stephens qui a montré quelques limites ce samedi, Kiki devra garder un niveau de jeu constant pour pouvoir espérer dominer la numéro 1 améri­caine. C’est étrange mais les deux joueuses ne se sont pas rencon­trées depuis 2013. C’est l’Américaine qui mène deux victoires à zéro. Même si Kiki explique qu’elle absorbe faci­le­ment la pres­sion, on ne pense pas qu’elle pourra rééditer une « Mouilleron », où elle avait réalisé un sans faute. Son duel face à Sloane Stephens n’aura rien à voir avec celui livré face à Elise Mertens, et il nous semble impos­sible qu’elle puisse enchaîner avec un double décisif derrière. Quel que soit au final son adver­saire, Yannick Noah a été clair : « Si l’on veut espérer se quali­fier pour la finale, il faut que Kiki gagne son simple, c’est une obligation. »

Parmentier doit enfin le faire

Tout le monde a été surpris par la qualité du jeu proposé par Pauline Parmentier qui avait été peu à son aise, c’est le moins que l’on puisse dire face à la Belgique au tour précé­dent. Et même si elle s’est inclinée, il est évident qu’elle a passé un message à ses adver­saires. « J’ai décidé de changer d’at­ti­tude et d’ap­proche. Je sens que cela porte ses fruits sur le court. Il faut que je kiffe, que je prenne du plaisir, que je m’ex­prime. Mon match d’au­jourd’hui (lire ce samedi) est un bon exemple, je vais bien sur avoir la même approche demain face à CoCo (Vandeweghe). Personnellement je pense que ce sera Madison (Keys) qui sera alignée, qui selon moi à un jeu plus adapté à l’ocre. » Espérons que ce match face à Stephens ait enfin libéré la Tricolore et qu’elle pourra remporter son point car c’est la clé de cette rencontre. 

Le double, c’est mission impossible

Malgré leur perfor­mance à Mouilleron‐le‐Captif, il est évident que la paire trico­lore Hesse/Mladenovic est infé­rieure à CoCo Vandewehge et Bethanie Mattek‐Sands. Il faudrait donc éviter cette confron­ta­tion car même avec le public derrière les Bleues (3843 ce samedi) le double améri­cain en terme de puis­sance notam­ment en première balle ou de présence au filet a large­ment le leader­ship. On voit mal comment la France peut remporter ce point telle­ment les écarts sont impor­tants même si Kristina a tenu à expli­quer qu’Amandine Hesse était prête : « Amandine est en feu, s’il faut gagne le double décisif, elle sera à fond, j’en suis certaine. »

De votre envoyé spécial à Aix‐en‐Provence

Instagram
Twitter